Tadjikistan – Chine : Construire une nouvelle base sur la frontière avec l’Afghanistan 

Suivez l’évolution de l’Asie avec un abonnement à Asie21 🎄🎁

Le Tadjikistan a approuvé, fin octobre 2021, la construction d’une nouvelle base dans le village de Wakhan, situé dans le Haut-Badakhchan, à proximité de la frontière avec l’Afghanistan. Elle sera financée sous la forme d’un don par la Chine communiste. Son coût est estimé entre 8 et 10 millions USD.

Lire la suite

Chine – États-Unis : Réunion surprise entre les 2 leaders du monde le 15 novembre 2021 ou « comment éviter un conflit involontaire »  

Suivez l’évolution de l’Asie avec un abonnement à Asie21 🎄🎁

Biden avait critiqué l’absence de Xi à la COP26 à Glasgow. La Chine a eu beau jeu de ricaner sur le retour de l’enfant prodigue à la table de la gestion climatique du monde. 

Lire la suite

Asie du Sud-Est : La Chine dans le bassin du Mékong

Suivez l’évolution de l’Asie avec un abonnement à Asie21 🎄🎁

À partir du « coin » du Mékong qu’elle enfonce vers le sud, la Chine tente de desserrer la stratégie indo-pacifique australo-américaine et construit sans bruit sa propre capacité d’action dans le même espace.

Lire la suite

Taïwan – États-Unis – Chine : Tensions ? Bourde de Biden ? Pièce de théâtre ?

Suivez l’évolution de l’Asie avec un abonnement à Asie21 🎄🎁

Les tensions sont-elles montées d’un cran ? 

Lire la suite

La Chine au centre des enjeux hydrauliques asiatiques

Suivez l’évolution de l’Asie avec un abonnement à Asie21 🎄🎁

Cet article du général Alain Lamballe (2S) est paru dans la revue Géopolitique d’octobre 2009 [dirigée à l’époque par Marie-France Garaud, revue qui a ensuite pris le nom de Nouvelle revue Géopolitique  avant de disparaître] mais il conserve toute son actualité. Aussi, nous le publions ici. À noter que lConvention des Nations unies sur les droits relatifs aux utilisations des cours d’eau internationaux à des fins autres que la navigation, adoptée en 1997, mentionnée dans l’article, est entrée en vigueur en 2014, le nombre minimum de ratifications nécessaire ayant été atteint à cette date.

***

La Chine est magnifiquement dotée par la géographie car elle possède le plus grand château d’eau d’Asie, le Tibet bordé au Sud par l’Himalaya, le Karakoram et l’Hindukush, et plusieurs autres régions pourvoyeuses de moindre importance comme les Monts Célestes, les Monts Qilian et les Monts Altaï. Sa position en amont l’avantage par rapport à tous les pays qui l’entourent mais l’expose aussi aux critiques de ceux-ci. Partie prenante à de nombreux différends relatifs aux fleuves et rivières internationaux, elle se trouve au centre de la problématique de l’eau en Asie continentale et n’en mérite que mieux son appellation d’Empire du milieu[1].

Cet article est consacré aux relations de la Chine avec ses voisins dans le domaine de l’eau. Il mentionnera d’abord les particularités de ce pays avant d’aborder les problèmes région par région, dans l’ordre inverse des aiguilles d’un montre (Asie du Nord-Est, Asie du Nord, Asie centrale, Asie du Sud et Asie du Sud-Est) qui correspond à une emprise chinoise grandissante susceptible d’engendrer des tensions. En dernier lieu, il esquissera les grands traits de la politique suivie par la Chine tels qu’ils se dégagent des analyses régionales et de sa diplomatie mondiale. 

Lire la suite

Chine – Inde – Népal – Bhoutan : Renforcement du potentiel militaire chinois sur les frontières indienne, népalaise et bhoutanaise 

La Chine renforce son potentiel militaire dans l’Himalaya, au Xinjiang et au Tibet, face à l’Inde, au Népal et au Bhoutan, montrant ainsi sa ferme intention de consolider ses positions dans les zones frontalières et éventuellement de procéder à des ajustements en sa faveur en profitant de la faiblesse de ses voisins méridionaux.

Lire la suite

Russie sibérienne : La face nord de la Russie se réchauffe sur un fond d’écologie et de bruit de bottes

La Sibérie est le coeur et le coffre-fort de la Russie avec les richesses de son sous-sol et ses réserves de terre et d’eau. La conquête de l’Arctique a été une constante de la politique russe. Ivan le terrible l’initia en 1582 avec Ermak, suivi par tous les tsars et par Staline avec l’odyssée du Tcheliouskine et la construction de la Stalinka. Poutine la continue avec la priorité donnée à l’extraction minière et pétrolière et l’ouverture de la voie maritime nord (NSR*) qui va bouleverser les échanges de l’Eurasie sud-nord et de l’Asie-Europe. L’amélioration de la navigabilité des grands fleuves favorisera les échanges de marchandises jusqu’au Xinjiang et, à l’image du Mississippi, facilitera la mise en valeur des terres nouvelles russes cultivables. Le 20 mai 2021, Lavrov et Blinken ont discuté à Reykjavik au sommet de l’Arctique sur un fond de désaccord : pour l’un, la côte nord de la Sibérie et son exploitation relève des lois russes, pour l’autre « l’Arctique n’est pas seulement stratégique. It is our home ». Sous prétexte de l’écologie, on voit poindre l’idée d’un bien mondial à gérer selon un droit international à définir, un peu comme l’Amazonie pour le Brésil.Avec l’exploitation de l’Arctique, la Russie retrouve son statut de grande puissance, au grand dam des États-Unis, alors que la Chine, par la NSR, se rapproche de l’Europe.

Lire la suite

La Chine au secours du Liban

Les casques bleus du contingent chinois de la FINUL1 fournissent une aide médicale à la ville de Beyrouth après les explosions meurtrières du 4 août dernier. Une occasion supplémentaire de se rapprocher du Liban avec lequel l’empire du Milieu développe également différents accords de coopération.   

The peacekeepers of the Chinese contingent of UNIFIL (United Nations Interim Force in Lebanon) are providing medical aid to the city of Beirut after the deadly explosions of August 4. An additional opportunity to get closer to Lebanon with which the Middle Empire is also developing various cooperation agreements.

Lire la suite

Répression des Ouighours de Chine : condamnations occidentales

En écho aux campagnes menées aux États-Unis et en Europe contre la politique d’expansion chinoise, un groupe de parlementaires occidentaux, essentiellement européens et anglo-saxons (Australie, Nouvelle Zélande) a fondé le 5 juin 2020 une Alliance interparlementaire sur la Chine (en anglais IPAC) dont le but est officiellement de contrecarrer les agissements et les « ambitions futures » de la république populaire de Chine et du Parti communiste chinois, de s’opposer à leur politique d’ « expansion de leur influence globale », qui constituent des « défis aux États démocratiques ».

Lire la suite