AUSTRALIE 1 – Canberra provoque Pékin

Les tensions entre l’Australie et la Chine nées en 2017 se sont avivées début 2018. Deux faits ont piqué Pékin au vif. Le refus du sino-britannique Huawei & Global Marine Systems comme opérateur de la pose d’un câble Internet reliant les îles Salomon au réseau australien, mais surtout une déclaration ministérielle évoquant les « routes n’aboutissant nulle part » de l’aide chinoise. Par ailleurs, les perspectives d’une relation militaire renforcée entre Canberra et Tokyo inquiètent la Chine, notamment parce que le Japon pourrait s’inviter dans le controversé programme de « souverainisation » de la mer de Chine du Sud.

Lire la suiteAUSTRALIE 1 – Canberra provoque Pékin

AUSTRALIE 2 – Canberra s’oppose à l’entrisme informatique chinois

Considéré comme un risque de sécurité important par l’Australie, Huawei & Global Marine Systems ne posera pas le câble sous-marin connectant au réseau Internet australien ceux des îles Salomon et de la Papouasie-Nouvelle-Guinée. Les progrès rapides réalisés en Chine en matière d’IA et de traitement de données en masse ont attisé l’appétit de ses régiments d’informaticiens pour l’acquisition des stocks et des flux de données qui se multiplient dans le monde. La connectivité universelle et l’existence de back doors sont des aubaines pour qui veut dominer le monde.

Lire la suiteAUSTRALIE 2 – Canberra s’oppose à l’entrisme informatique chinois

Global Switch, ou comment une société stratégique britannique passe sous contrôle chinois en trois étapes

Global Switch ou comment une société stratégique britannique passe sous contrôle chinois en trois étapes par Rémi Perelman, Asie21, janvier 2018 L’historique À l’origine. Global Switch Holdings, GS, est l’un des leaders mondiaux du marché des datacenters. Aldersgate Investments Ltd, l’une des sociétés du groupe financier britannique Reuben Brothers en avait pris le contrôle en … Lire la suiteGlobal Switch, ou comment une société stratégique britannique passe sous contrôle chinois en trois étapes

Opération « Australia »

Faute de pouvoir investir l’Inde, la Chine cible l’Australie pour devenir une puissance indopacifique. Ce pays-continent dispose d’un territoire enviable, d’une importante communauté d’origine chinoise et pourrait constituer un relais vers l’Antarctique. Pékin se projetterait ainsi vers deux autres quasi-continents à sa mesure et de surcroît relativement vulnérables.

Lire la suiteOpération « Australia »

Chine – Australie : L’Australie malvenue en mer de Chine du Sud

Canberra récuse la stratégie d’assimilation territoriale que Pékin pratique en mer de Chine du Sud. Et la Chine n’accepte pas, de son côté, une telle insoumission de la part de l’Australie.

Lire la suiteChine – Australie : L’Australie malvenue en mer de Chine du Sud

Australie : Ingérence chinoise… et réactions

L’influence chinoise en Océanie mérite l’attention. Plusieurs faits récents en témoignent. D’abord, la publication du Livre blanc de la politique étrangère australienne pour les dix années à venir montre que l’agressivité de Pékin suscite de l’anxiété. Puis, le journalisme d’investigation ayant patiemment mis en évidence les modalités de l’ingérence de la Chine en Australie, une législation destinée à y mettre fin a été mise en chantier à Canberra, provoquant l’ire de Pékin. La Nouvelle-Zélande présente les mêmes symptômes. La route de l’Antarctique serait-elle fermée ?

Lire la suiteAustralie : Ingérence chinoise… et réactions

Opération Australia, la campagne d’influence de la Chine

Opération Australia,

La campagne d’influence secrète de la Chine en Australie,

Rémi Perelman, Asie21.

Pour devenir une puissance indopacifique – une visée à long terme – et faute de pouvoir investir l’Inde, la Chine cible l’Australie, territoire enviable et relais vers l’Antarctique. Pékin se projetterait ainsi vers deux autres quasi-continents à sa mesure, a priori relativement vulnérables de surcroît.

Dans cette perspective, les objectifs du Parti communiste chinois, PCC, sont au nombre de trois : contrôler les communautés soupçonnées d’hostilité à son égard, se doter de complices et, via de zélés donateurs, influencer favorablement le cours de la politique australienne.

Si l’agence de sécurité australienne, l’Australian Security Intelligence Organisation, l’ASIO, s’en inquiète aujourd’hui sérieusement, le caractère apparemment limité et subreptice des actions incriminées ne soulève pas de vagues sur le plan international, où l’attention est accaparée à juste titre par la première étape du processus qu’est l’avancée en mer de Chine du Sud.

Lire la suiteOpération Australia, la campagne d’influence de la Chine

Océans Indien et Pacifique : dialogue quadrilatéral de sécurité

Le 12 novembre 2017, en aparté à Manille, États-Unis, Japon, Australie, Inde ont revivifié le dialogue quadrilatéral de sécurité en région indo-pacifique. Ce qui inquiète la Chine qui y voit là l’émergence d’une coalition susceptible de nuire à ses intérêts dans les deux bassins des océans Indien et Pacifique.

Lire la suiteOcéans Indien et Pacifique : dialogue quadrilatéral de sécurité

Timor oriental : grandes lignes politiques

Lors de son intervention à l’ONU fin octobre 2017, la représentante de Timor oriental a rappelé que la priorité de son pays en matière de politique étrangère était son adhésion à l’ASEAN puis le renforcement des liens avec les voisins de la région, Indonésie et Australie au premier chef.

Lire la suiteTimor oriental : grandes lignes politiques

Mer de Chine du Sud – Chine – États-Unis : l’USS McCain dans les 12 nautiques du récif Mischief

Le 10 août 2017 les États-Unis se sont livrés à une nouvelle opération pour la défense de la liberté de la navigation (Freedom of navigation operation / FONOP), avec le passage de la frégate lance-missiles USS John S. McCain dans les douze milles marins du récif Mischief 1, dans les îles Spratleys. Opération légale en regard du droit de la mer, illégale et provocatrice vue du côté chinois.

Lire la suiteMer de Chine du Sud – Chine – États-Unis : l’USS McCain dans les 12 nautiques du récif Mischief

Chine : punir sans frontières 

 Le Parti communiste chinois mène une offensive protéiforme visant à discréditer et parfois même à criminaliser ceux qui le critique ou remettent en cause ses mythes officiels, en Chine, mais aussi de plus en plus, à l’étranger.

Lire la suiteChine : punir sans frontières 

Japon – Mer de Chine du Sud : une impressionnante entrée japonaise

Trois mois en mer, avec escales, essentiellement en mer de Chine du Sud, pour le groupe naval JS Izumo et JS Sazanami, pour aguerrissement, mais aussi et surtout pour marquer, aux côtés des États-Unis, l’implication japonaise dans la volonté commune de maintenir, face à la Chine, l’inaliénable droit de la navigation internationale en haute mer.

Lire la suiteJapon – Mer de Chine du Sud : une impressionnante entrée japonaise

Nouvelles Routes de la soie : les antécédents au projet de la Chine

Lire la suiteNouvelles Routes de la soie : les antécédents au projet de la Chine

Grappillages Asie21 n°104

Chine – Amérique latine : Un enjeu    Tandis que Donald Trump conduit une politique hostile à l’encontre de l’Amérique latine […] Chine – Amérique latine : Triste constat    Les médias d’Amérique latine relèvent, non sans une certaine amertume, que […] Chine – Angola : Encore un prêt    La Banque de développement de Chine[…] Chine – … Lire la suiteGrappillages Asie21 n°104

Chine – droit de la mer : Révision annoncée de la loi maritime de 1984, conséquences envisageables

Le 5 mars 2017, la Chine a fait connaître qu’elle avait mis en chantier un projet de réforme de sa loi sur la sécurité maritime de 1984. Derrière les évidences, qui amènent à se poser des questions sur la nécessité d’une telle rénovation, se cachent les interprétations qu’il faut donner, en se plaçant dans un esprit chinois, à des termes tels que « mer territoriale », « zones spécialement définies », « droits maritimes », et à ce qui peut en découler comme ce pourrait l’être par un exercice arbitraire du droit de l’État en mer (police maritime).

Lire la suiteChine – droit de la mer : Révision annoncée de la loi maritime de 1984, conséquences envisageables

Japon, Australie et ASEAN : Un pôle sécuritaire en formation

Japon, Australie et l’ASEAN

Un pôle sécuritaire en formation, Rémi Perelman, Asie21, janvier 2017

Visites. Du 12 au 17 janvier 2017, Shinzo Abe, le Premier ministre japonais, s’est rendu successivement aux Philippines, en Australie, en Indonésie et au Vietnam alors que les États-Unis de Trump annoncent leur volonté de se désengager de l’Asie. Ces visites successives avaient deux objectifs : d’abord resserrer les liens du Japon avec ces pays en matière de sécurité et de développement économique. Le renforcement du partenariat nippo-australien, deux alliés historiques de Washington, comprends l’intensification de la coopération militaire, notamment navale, avec les pays de l’ASEAN et sans doute avec l’Inde.

Lire la suiteJapon, Australie et ASEAN : Un pôle sécuritaire en formation