La Chine renforce ses capacités de déni d’accès et d’interdiction de zone (anti-access/area denial – A2/AD)

Le 11 février 2024, dans un article manifestement destiné aux experts de l’US Department of Defense, le site Internet chinois Sohu a dévoilé les capacités anti-navires de « l’ennemi juré des porte-avions », le missile Dongfeng-26 doté d’une tête manœuvrante conventionnelle1.

Lire la suite

Chine : Jusqu’en 2050, partout des chantiers

Tout n’est pas parfait en Chine. De récentes publications officielles chinoises rendent compte d’insuffisances criantes dans les réseaux de communications ferroviaires et routiers du pays. Hors des provinces les plus développées, la Chine reste à construire. Certes, elle va pouvoir compter sur un réseau d’autoroutes, qui structurera le pays – en 2023, c’est l’équivalent du réseau français qui est mis en service. Mais à côté, c’est le vide. Des routes nationales à deux voies, équivalentes aux départementales françaises, et des communes, par milliers, jusqu’à des villes de 100 000 habitants qui demeurent très difficilement accessibles. Le gouvernement chinois en convient, il faudra attendre 2050 pour que tout le territoire soit doté d’un réseau de communications comparable aux réseaux occidentaux. Il faut en prendre conscience. En 2024 deux Chine cohabitent encore : l’une des hautes technologies de la grande industrie, de la défense, au second rang mondial, et l’autre, le pays intérieur qui peut encore se révéler proche de la Chine d’antan.

Lire la suite

Lettre confidentielle Asie21-Futuribles n° 184/2024-06  sommaire

1- ÉVÉNEMENTS MAJEURS RÉCENTS ET ENJEUX DE DEMAIN ASIE MÉDIANE Iran – Inde – Afghanistan Développement et gestion par l’Inde du port iranien de Chabahar, Alain Lamballe, Asie21 EXTRÊME-ORIENT Chine – Europe Tit for Tat à Bruxelles, tour de   cochon à Pékin, Maurice Rossin, Asie21 Chine Jusqu’en 2050, partout des chantiers, Edouard Valensi, Asie21 … Lire la suite

Chine – France. Alliées pour la paix ?

En ces premiers jours de mai 2024, la visite d’État de Xi Jinping, sous-estimée par la presse française, a été considérée en Chine comme un événement majeur. La France y est célébrée comme une nation gaullienne, s’affirmant indépendante, dont la vocation est d’établir un lien entre l’Union européenne et la Chine. Plus encore, qu’il s’agisse du cessez-le-feu olympique et de la création d’un État palestinien, Xi Jinping s’y déclare, aux côtés de la France, en allié pour la paix. Ce sont là des perspectives qui méritent d’être regardées de près. Est-ce là des mots qui seront vite oubliés ou bien les prémices d’une coopération inédite ? Les tout prochains mois devraient nous éclairer.

In these first days of May 2024, Xi Jinping’s state visit, underestimated by the French press, was considered a major event in China. France is celebrated as a “gaullist” nation, asserting its independence and its vocation to establish a link between the European Union and China. Furthermore, whether it’s the Olympic ceasefire or the creation of a Palestinian state, Xi Jinping declares himself to be an ally for peace alongside France. These are prospects that are worth taking a close look at. Are these just words that will soon be forgotten, or are they the beginnings of an unprecedented cooperation?  The next few months should shed some light on this.

Lire la suite

Lettre confidentielle Asie21-Futuribles n° 183/2024-05 sommaire

1- ÉVÉNEMENTS MAJEURS RÉCENTS ET ENJEUX DE DEMAIN

EXTRÊME-ORIENT

Chine – France 

好像會有矛盾  Y aurait-il comme une contradiction ? Daniel Schaeffer, Asie21

Encadré 1  Quelques détails sur la participation française à Balikatan

Encadré 2  Intérêts et risques de l’accord franco-chinois du 25 avril 2024, notamment en termes d’entrave potentielle à la liberté de la navigation en MdCS

Lire la suite

Iran : L’effondrement des sanctions

Après quarante ans de sanctions et pour retrouver un niveau de vie qui s’est effondré, l’Iran s’est engagé avec succès dans une économie de la connaissance. En s’appuyant sur des savoir-faire propres qui se substituent aux technologies occidentales, il vient d’investir dans six champs pétroliers, des complexes pétrochimiques, une raffinerie de gaz. Qu’il s’agisse d’hydrocarbure ou d’acier, l’Iran est devenu un leader mondial en termes de croissance. En parallèle, il investit depuis plus de vingt ans dans des secteurs de pointe comme les nanotechnologies où il s’impose sur le marché mondial. On doit en prendre conscience, les sanctions ont fait de l’Iran une nation industrielle technologiquement avancée. Une nation qui, de plus, a su trouver avec les pays de l’organisation de la coopération islamique et avec la Chine, des partenaires pour de nouveaux marchés. Force est de constater qu’année après année, les sanctions dont il est l’objet n’ont plus guère d’effets Ne serait-ce pas faire preuve de sagesse que de s’en aviser ?

Lire la suite

Chine – États-Unis : Vers un duopole médical

La Chine est entrée en compétition avec les États-Unis pour concevoir les thérapies gagnantes de demain. C’est ce que laisse présager l’annonce par la presse mondiale d’une xénogreffe réussie par une équipe américaine d’un rein de porc génétiquement modifié sur un patient, en mars 2024 et, le même mois,  du succès de la transplantation d’un foie de porc sur un sujet en état de mort cérébrale par la Chine. L’Europe n’est pas citée et on peut redouter qu’à terme, Washington et Pékin constituent un duopole qui partagera les marchés de la santé du monde.

China has entered into competition with the United States to design the winning therapies of tomorrow. This was foreshadowed by the announcement in the world press of a successful xenotransplant by an American team of a genetically modified pig kidney into a patient, in March 2024, and, in the same month, of China’s successful transplant of a pig liver into a brain-dead subject. Europe is not mentioned, and it is feared that Washington and Beijing will eventually form a duopoly to share the world’s healthcare markets.

Lire la suite

Lettre confidentielle Asie21-Futuribles n° 182/2024-04 sommaire

1- ÉVÉNEMENTS MAJEURS RÉCENTS ET ENJEUX DE DEMAIN

EXTRÊME-ORIENT

Chine Une croissance assez faible : 4,6 % en 2024, mais triple de celle des États-Unis : 1,5 %, Philippe Delalande, Asie21

Chine- États-Unis Vers un duopole médical, Edouard Valensi, Asie21

Japon Assouplissement des règles d’exportations d’armement, Arnaud Leveau, Asie21

Taïwan – États-Unis – Chine Un cran de plus dans les tensions : volonté américaine de préparer Taïwan à la guerre, Catherine Bouchet-Orphelin, Asie21

Lire la suite

Confidential Letter Asie21-Futuribles n° 181/2024-03 summary

1- MAJOR RECENT EVENTS AND FUTURE CHALLENGES

FAR EAST

China End of development for manned lunar hardware, Philippe Coué, Asie21

China Reinforcing geostationary military space, Philippe Coué, Asie21

China – United States – Europe – Brazil – Africa The electric car: China’s Trojan Horse, Maurice Rossin, Asie21

China – Europe The assault on China, Edouard Valensi, Asie21

China – France – Ukraine The President of the French Republic listens, Edouard Valensi, Asie21

China – India – Turkey – Russia – Europe – United States The sun rises in the east, « We go west »., Maurice Rossin, Asie21

Lire la suite

Chine – France – Ukraine : Le président  de la République française écouté

Par l’écho qu’il donne aux déclarations d’Emmanuel Macron lors de son entretien télévisé du 15 mars, Le gouvernement chinois marque l’intérêt qu’il porte à la position française à propos de l’Ukraine. En retour, pour que la trêve olympique souhaitée par la France puisse être, et pour donner naissance à une solution durable, pendant un temps, Macron va devoir accepter de donner le bras à Xi.

Lire la suite

Chine – Europe : À l’assaut de la Chine

Avec la publication, le 1er mars 2024, de la « Résolution du Parlement européen sur la mise en œuvre de la politique étrangère et de sécurité commune », le Parlement se fait le porte-parole de la Commission européenne et de son haut représentant pour les affaires étrangères pour s’en prendre à la Chine dans un réquisitoire sans nuances de plus de mille quatre cents mots. Il va jusqu’à mettre en cause le principe jusqu’ici accepté d’une seule Chine en affirmant que ni Taïwan ni la Chine ne sont subordonnés l’un à l’autre. Des propos de matamore que la Chine, pour l’heure, ne prend pas au sérieux. Souhaitons qu’elle en reste là. Car c’est sans armes, à découvert que l’Europe veut engager le fer. Que la Chine prenne ces déclarations au sérieux, qu’elle les sanctionne, et le prix à payer pour nos économies risque de se révéler désastreux.

With the publication, on March 1, 2024, of the « European Parliament Resolution on the implementation of the Common Foreign and Security Policy », the Parliament acted as the mouthpiece of the European Commission and its High Representative for Foreign Affairs to attack China in an unmitigated indictment of over one thousand four hundred words. He goes so far as to call into question the hitherto accepted principle of one China, asserting that neither Taiwan nor China is subordinate to the other. For the time being, China is not taking these matamore-like remarks seriously. Let’s hope it stays that way. For it is unarmed, in the open, that Europe wants to engage. If China takes these declarations seriously, if it sanctions them, the price to pay for our economies could prove disastrous.

Lire la suite

Lettre confidentielle Asie21-Futuribles n° 181/2024-03 sommaire

1- ÉVÉNEMENTS MAJEURS RÉCENTS ET ENJEUX DE DEMAIN

EXTRÊME-ORIENT

Chine Fin de développement pour les matériels lunaires habités, Philippe Coué, Asie21

Chine Renforcement du spatial militaire géostationnaire, Philippe Coué, Asie 21

Chine – États-Unis – Europe -Brésil – Afrique La voiture électrique Cheval de Troie chinois, Maurice Rossin, Asie21

Chine – Europe À l’assaut de la Chine, Edouard Valensi, Asie21

Chine – France – Ukraine Le président de la République française écouté, Edouard Valensi, Asie21

Chine – Inde – Turquie – Russie – Europe – États-Unis Le soleil se lève à l’Est, « We go west », Maurice Rossin,Asie21

Lire la suite

Confidential Letter Asie21-Futuribles n° 180/2024-02 summary

1- MAJOR RECENT EVENTS AND FUTURE CHALLENGES

FAR EAST

China – Afghanistan A Taliban ambassador in Beijing, Patrick Hébert, Asie21

China – United States – Africa Competition for access to Central Africa’s critical minerals, Laurent Amelot, Asie21

China – Europe – France Typhoon on the Charente, wooden dragon in Beijing, hangover in CognacMaurice Rossin, Asie21

China – Red Sea A strange strategy, really?, Daniel Schaeffer, Asie21

Lire la suite

La Corée du Nord se dévoile

Qu’on se le dise ! Les sites de presse officiels de la Corée du Nord : l’Agence KCNA, le Yŏngyang Times, Rodong Sinmun et la télévision sont devenus de précieuses sources d’informations. Qu’il s’agisse de dissuasion nucléaire, d’industrie lourde, d’agriculture , de santé et jusqu’à l’annonce de cosmétiques, ils font part des succès du régime. Ils s’enhardissent même jusqu’à produire un aperçu du budget de l’année à venir et donnent des vues sur les orientations économiques du gouvernement de la RPDC promouvoir un développement stable et durable, apporter des changements substantiels au niveau de vie de la population. A les croire, la Corée du Nord n’est plus ce pays que le Conseil de sécurité, récemment encore, voulait sanctionner.

Lire la suite

Chine – Yémen – Iran : La Chine, médiateur en mer Rouge (180/2024-02)

Les États-Unis font fausse route quand ils demandent à la Chine d’intervenir auprès de l’Iran pour que les rebelles houthis mettent fin à leurs frappes de navires en mer Rouge. Ce n’est pas vers l’Iran que la Chine va se tourner, mais vers l’État des houthis, la république du Yémen, un État religieux qui se voit invulnérable et qui, avec ces frappes, entend punir l’Amérique et Israël agresseur à Gaza. Le Yémen a été l’un des premiers pays à reconnaître la Chine en 1956. La Chine va l’aider à tirer pleinement parti de ses ressources pétrolières et sera en appui quand il se reconstruira. Elle devrait obtenir en échange un point d’ancrage stratégique à l’extrémité sud du Yémen, un point de contrôle des flux traversant le détroit de Bab el Mandeb.

The United States is on the wrong track when it asks China to intervene with Iran to get the Houthi rebels to put an end to their ship strikes in the Red Sea. But it’s not to Iran that China will turn, but to the Houthis’ state, the Republic of Yemen, a religious state that sees itself as invulnerable and which, with these strikes, intends to punish America and aggressor Israel in Gaza. Yemen was one of the first countries to recognize China in 1956. China will help Yemen take full advantage of its oil resources, and will support the country as it rebuilds. In exchange, China should gain a strategic foothold at the southern tip of Yemen, a control point for flows across the Bab el Mandeb strait.

Lire la suite

Lettre confidentielle Asie21-Futuribles n° 180/2024-02 sommaire

1- ÉVÉNEMENTS MAJEURS RÉCENTS ET ENJEUX DE DEMAIN EXTRÊME-ORIENT Chine – Afghanistan Un ambassadeur taliban à Pékin, Patrick Hébert, Asie 21 Chine – États-Unis – Afrique Compétition pour le contrôle de l’accès aux minerais critiques d’Afrique centrale, Laurent Amelot, Asie21 Chine – Europe – France Typhon sur la Charente. Dragon de bois à Pékin, gueule … Lire la suite

Japon – Chine : Un retour du nucléaire agité

Ce n’est que pendant quelques semaines que le Japon a pu se réjouir de son retour au nucléaire : l’accord donné à la remise en route de la plus grande centrale nucléaire au monde Kashiwazaki-Kariwa et, avec le blanc-seing de l’AIEA, le début du déversement en mer des eaux de Fukushima décontaminées. Mais il lui a fallu rapidement déchanter. La légitimité des rejets a été sévèrement mise en cause par la Chine et, le 1er janvier 2004 le tremblement de terre de NOTO, à 65 kilomètres de l’épicentre, a mis à mal la centrale nucléaire de Shika insuffisamment protégée. Il lui fallait reconnaître que toutes les leçons de la catastrophe de Fukushima n’avaient pas été tirées. Il devait se montrer plus rigoureux et mettre à jour ses normes de sécurité.  Un moment de lucidité qui devrait inspirer tous les États nucléaire dans le monde.

For only a few weeks, Japan was able to celebrate its return to nuclear power: the agreement to restart the world’s largest nuclear power plant, Kashiwazaki-Kariwa, and, with the IAEA’s green light, the start of the discharge of decontaminated Fukushima water into the sea. But he was soon disillusioned. The legitimacy of the discharges was severely questioned by China, and on January 1, 2004, the NOTO earthquake, 65 kilometers from the epicenter, damaged the inadequately protected Shika nuclear power plant. He had to acknowledge that not all the lessons of the Fukushima disaster had been learned. It had to be more rigorous and update its safety standards.  A moment of lucidity that should inspire nuclear states the world over.

Lire la suite

Corée du Nord : L’agriculture de Kim

Le 28 février 2023, Kim Jong a demandé que s’opère « une transformation fondamentale de la production agricole en DPRK fondée sur une modernisation et une mécanisation sans précédent ». Une nécessité. Car en s’appuyant sur des déclarations officielles nord-coréennes, on montre ce qu’il en est : des paysans dans une situation misérable, plus de bras que de machines pour produire, des fermes d’un autre temps. Sans doute plus de famine mais 45 % de la population sous-alimentée. Pour remédier à une situation devenue insupportable, enfin une politique rationnelle et, on l’espère, résolue et l’aide à venir de la Russie et de la Chine qui permettent d’espérer une autre vie en Corée du Nord d’ici peut-être cinq ans.

Lire la suite

Corée du Sud – Japon – États-Unis : À l’est du nouveau

Trois mois à peine après avoir fait allégeance aux États-Unis pour relever ensemble les plus grands défis de notre époque, les ministres des Affaires étrangères de la Corée du Sud, du Japon et de la Chine se réunissent pour annoncer l’organisation prochaine d’une rencontre entre leurs trois chefs d’État. Enfin réconciliés à l’initiative de Yoon Suk Yeol, le Japon et la Corée du Sud ont pu faire acte d’indépendance et prendre des distances d’avec les USA. Les voilà proches, envisageant même la constitution d’une alliance militaire. En termes financiers elle serait la troisième au monde, et la troisième puissance militaire mondiale si elle se trouvait dotée d’armes nucléaires. C’est ce que souhaitent ouvertement leur chef d’État. Unis, Japon et Corée du Sud sont en capacité immédiate d’en assembler, s’ils n’en disposent pas déjà.

Barely three months after pledging their allegiance to the United States to tackle the greatest challenges of our time together, the foreign ministers of South Korea, Japan and China met to announce a forthcoming meeting between their three heads of state. Reconciled at last, thanks to Yoon Suk Yeol’s initiative, Japan and South Korea were able to act independently and distance themselves from the USA. They are now close, and are even considering forming a military alliance. In financial terms, it would be the world’s third-largest, and the world’s third-largest military power if it were equipped with nuclear weapons. That’s what their heads of state openly want. The United States, Japan and South Korea have the immediate capacity to assemble them, if they don’t already have them.

Lire la suite

Corée du Sud – États-Unis : Des SNA pour Séoul

Unanimes derrière Le vice-amiral Kim Myung-Soo, président du Comité des chefs d’état-major interarmées de la république de Corée, les dirigeants et l’opinion publique coréenne souhaitent que leur pays puisse se doter au plus tôt de sous-marins nucléaires d’attaque. Ceux-ci semblent être déjà à l’étude, dérivés des sous-marins KS III en service dont les dimensions sont comparables aux sous-marins d’attaque français. D’ici 2035, date estimée de leur mise en service, Séoul, dont les réacteurs nucléaires sont parmi les meilleur au monde, saura bien concevoir la chaufferie nucléaire navalisée et disposer des charges d’uranium fortement enrichi qui leur sont nécessaires. Le prix à payer sera le bras de fer à engager avec Washington. Séoul ne semble pas s’en effrayer. Il envisage même d’aller plus loin jusqu’à se doter de sous-marins nucléaires lanceur d’engins, des SNLE, noyau d’une future force de dissuasion à venir.

Unanimously behind vice-admiral Kim Myung-Soo, Chairman of the Republic of Korea’s Joint Chiefs of Staff, Korean leaders and public opinion want their country to acquire nuclear attack submarines as soon as possible. These appear to be already under consideration, derived from the KS III submarines currently in service, whose dimensions are comparable to those of French attack submarines. By 2035, the estimated date of their commissioning, Seoul, whose nuclear reactors are among the best in the world, will be able to design the naval nuclear boiler room and obtain the loads of highly enriched uranium they need. The price to be paid will be the arm wrestling with Washington. Seoul doesn’t seem to mind. It even plans to go so far as to acquire nuclear-powered ballistic missile submarines, the core of a future deterrent force.

Lire la suite