Corée du Sud – États-Unis Un œil sur le détroit de Taïwan

La 53e réunion consultative de sécurité entre la Corée du Sud et les États-Unis a permis de raffermir les liens entre les deux pays distendus depuis 2019 et d’ancrer un peu plus fortement la Corée du Sud dans le système d’alliances que les États-Unis cherchent à mettre en place en Indo-Pacifique. Elle n’a toutefois par permis de définir clairement le rôle que pourrait jouer par la Corée du Sud dans ce réseau d’alliances.

Lire la suite

Indo-Pacifique : Un choix existentiel

abonnement en ligne

En deux décennies, le concept académique d’indo-pacifique a nourri à des degrés divers et à différents niveaux la revitalisation d’organisations existantes ou l’éclosion d’initiatives géopolitiques nouvelles. Cette dynamique nouvelle est porteuse de réorganisation et de réorientations. Dans le portrait encore flou qui émerge, certains traits structurants commencent à apparaître. Si le souci de se soustraire aux influences exclusives de la Chine et des États-Unis en constitue le trait le plus net, il est escorté d’autres attributs aujourd’hui moins marqués. Il sera intéressant d’observer l’évolution de l’ensemble au cours de la prochaine décennie. 

Lire la suite

Corée du Sud – Australie : Rapprochement en matière de défense

Bien qu’elle ne fasse pas partie du Dialogue quadrilatéral pour la sécurité (QUAD), regroupant les États-Unis, l’Australie, l’Inde et le Japon, la Corée du Sud manifeste toutefois une volonté croissante de rapprochement en matière de sécurité et de défense avec l’Australie.

Lire la suite

Please stop misinterpreting the French navy presence in the South China Sea*

By General (ret.) Daniel Schaeffer, Asie21 March 4, 2021 (Reproduction authorized by any interested media; please quote the present source) Succumbing to the facility of hasty interpretations, one part of the international media described the two French naval presence activities in the South China Sea, a recent one and the next one in a near … Lire la suite

Birmanie : Le coup d’État, un enjeu international

Le coup d’État mené par la Tatmadaw (les Forces armées birmanes) le 1er février a surpris plus d’un observateur : le plébiscite remporté par la Ligue Nationale pour la Démocratie (LND) aux élections de novembre 2020 semblait sceller le sort de la transition amorcée en 2003. Les chancelleries occidentales se félicitaient de cette tournure quand celles des pays de l’ASEAN y voyaient un appel à poursuivre les rapprochements engagés depuis 1997. L’Inde félicitait les principaux responsables de la LND et même la Chine y trouvait son compte après avoir mis à profit la distanciation des pays occidentaux à la suite des événements tragiques touchant la communauté Rohingya (août – septembre 2017). Les accusations d’irrégularités électorales ont attiré l’attention des ambassades dont l’inquiétude est devenue encore plus palpable après que le général Min Aung Hlaing ait déclaré que la constitution pouvait être, « dans certaines circonstances », révoquée. L’ambassade américaine, avec 16 pays (dont l’ambassade du Royaume-Uni et celle de l’Union européenne) ont alors, publié une déclaration exhortant l’armée à adhérer aux normes démocratiques. Le coup d’État constitue la réponse de la Tatmadaw ; il interroge à présent sur la meilleure stratégie à adopter alors que le mouvement de désobéissance civile prend de l’ampleur. 

🐄 Suivez l’évolution en Asie avec un abonnement à Asie21 🐄

Lire la suite

Indo-Pacifique – Royaume-Uni : Désormais, l’air du large

Le Royaume-Uni vient de dessiner l’avenir qu’il se souhaite à l’est de Suez : le retour dans une forme néo-impériale, appuyé sur une longue histoire dans l’océan Indien et une série d’alliances nouvelles ou renouvelées dans la région. Pressé également d’étendre ses marchés, il se promet d’y être un protecteur et promoteur des règles internationales et le héraut de la lutte contre le réchauffement climatique. Résolument adossé aux États-Unis et hostile à la Chine populaire, il se pose en homologue sinon en alternative de l’Union européenne.

Lire la suite

Indo-Pacifique – Europe – France : Ne pas se laisser entraîner dans une dérive otanienne en Indo-Pacifique

L’intérêt bien tardif que, contrairement à la France et au Royaume-Uni, portent aujourd’hui l’Allemagne et les Pays-Bas sur la région indopacifique, le suivisme européen des États-Unis dans le cadre de l’OTAN, font craindre que le schéma otanien historiquement adopté face à la Russie toujours considérée comme une menace, ne soit transposé face à la Chine, voire à la Russie d’aujourd’hui en contribuant à un nouveau renforcement de ces deux partenaires stratégiques.

The so late interest that, except from France and the United Kingdom, Germany and the Netherlands show today on the Indo-pacific region, the European bandwagoning with the United States within the NATO’s frame, both considerations may let fear that the NATO scheme adopted to confront Russia, which is still considered as a threat by the USA and its allies, be transposed to confront China, even to confront Russia on this side of the World, thus contributing to a renewed reinforcement between those two strategic partners.

Lire la suite

Indo-Pacifique : Fêlure au Quad

Le Quad est une « chimère organisationnelle » sans siège ni structure pérenne, qui perdure depuis 2007 comme plateforme de discussion entre administrations des Affaires étrangères et point nodal d’un réseau multi-partenariats entre quatre pays de l’Indo-Pacifique. Sa seconde réunion, qui vient de se tenir à Tokyo, est restée au niveau du symbole mais a mis en évidence une fêlure entre Washington d’une part et ses trois partenaires de l’Indo-Pacifique, Australie, Inde et Japon, de l’autre.

The Quad is an « organizational chimera » without a headquarters or a permanent structure, which has continued since 2007 as a platform for discussion between foreign affairs administrations and the nodal point of a multi-partnership network between four countries of the Indo-Pacific. Its second meeting, which has just been held in Tokyo, remained at the symbol level, but highlighted a rift between Washington and its three Indo-Pacific partners, Australia, India and Japan.

Lire la suite

Réunions tenues avant la réunion du Quad (été 2020)

Encadré attaché à l’article de Rémi Perelman in Asie21 n° 143/2020-10

Réunions tenues avant la réunion du Quad (été 2020)

  • Le 4 juin : sommet Australie-Inde par téléconférence entre les deux Premiers ministres et finalisation de l’Accord de soutien logistique mutuel, destiné à augmenter l’interopérabilité entre leurs armées. L’Inde a déjà des accords similaires avec les États-Unis.

Lire la suite