Thaïlande : Élections du 24 mars 2019, les jeux sont-ils faits ?

Après avoir reporté 6 fois sa tenue depuis le coup d’État de mai 2014, la junte a enfin décidé que le scrutin électoral pour élire la Chambre basse (soit 500 députés) se tienne le 24 mars 2019, juste à temps pour que l’annonce des résultats n’interfère pas avec l’intronisation de Rama X prévue le 4 mai suivant. Déjà, la campagne a réservé son lot de surprises, notamment l’annonce de la candidature de la princesse Ubolratana. Le roi a immédiatement remis de l’ordre dans les affaires familiales et ce faisant, a validé son rapprochement avec le général Prayuth, chef du Conseil national pour la paix et l’ordre (NCPO) – la junte – qui a présenté sa candidature sous la bannière du parti Phalang Pracharat. Les jeux sont-ils pour autant faits ?

Lire la suiteThaïlande : Élections du 24 mars 2019, les jeux sont-ils faits ?

Malaisie : les jeux sont faits 

Le 9 mai 2018, des élections générales se sont tenues en Malaisie et en dépit de manipulations, de menaces de chaos, de peurs attisées, les Malaisiens ont fait le grand saut et mis un terme à six décennies de pouvoir de la coalition Barisan Nasional (BS) qui dirigeait le pays depuis l’indépendance (1957). Troisième économie d’Asie du Sud-Est, la Malaisie a fait preuve d’audace et les citoyens réclament l’établissement d’un État de droit garantissant une meilleure égalité civile, juridique et politique. Pour autant, est-ce l’aube d’une nouvelle démocratie ?

Lire la suiteMalaisie : les jeux sont faits 

Taïwan : un « nouveau » dirigeant pour le KMT – renouvellement ou double statu quo ?

Le 20 mai 2017 ont eu lieu en république de Chine (Taiwan) les élections anticipées du nouveau dirigeant du KMT, aujourd’hui dans l’opposition, la présidente Tsai Ing-wen appartenant au DPP. La présidence du KMT reste un poste important car si le parti est affaibli, il demeure à la fois le principal parti conservateur traditionnel et le premier partenaire politique de la Chine continentale (du fait de la volonté du parti communiste chinois de marginaliser le DPP).    

Lire la suiteTaïwan : un « nouveau » dirigeant pour le KMT – renouvellement ou double statu quo ?