Thaïlande : Élections du 24 mars 2019, les jeux sont-ils faits ?

Après avoir reporté 6 fois sa tenue depuis le coup d’État de mai 2014, la junte a enfin décidé que le scrutin électoral pour élire la Chambre basse (soit 500 députés) se tienne le 24 mars 2019, juste à temps pour que l’annonce des résultats n’interfère pas avec l’intronisation de Rama X prévue le 4 mai suivant. Déjà, la campagne a réservé son lot de surprises, notamment l’annonce de la candidature de la princesse Ubolratana. Le roi a immédiatement remis de l’ordre dans les affaires familiales et ce faisant, a validé son rapprochement avec le général Prayuth, chef du Conseil national pour la paix et l’ordre (NCPO) – la junte – qui a présenté sa candidature sous la bannière du parti Phalang Pracharat. Les jeux sont-ils pour autant faits ?

FAITS

Le 23 janvier 2019, la tenue du scrutin est enfin annoncée. Les candidats et les partis ont jusqu’au 8 février pour annoncer leur participation. Séisme de grande ampleur ce jour-là : le parti Thai Rakhsa Chart, parti pro-Thaksin, annonce que sa candidate au poste de Premier ministre sera la princesse Ubolratana, sœur aînée du roi. La journée reste exceptionnellement agitée par toutes sortes de spéculations. Le soir même, le roi Rama X y met un terme en déclarant que cette candidature était « hautement inappropriée ». Le 7 mars, la Cour constitutionnelle décide à l’unanimité d’interdire le TRC ; un coup dur – que certains n’ont pas hésité à qualifier de coup d’État judiciaire – pour l’opposition pro-Thaksin qui décidément, reste la bête noire des militaires et des milieux monarchiques.

Ces derniers ont mis toutes les chances de leur côté avec la constitution de 2016 qui leur est largement favorable et leur permettra, quel que soit le résultat des urnes, de garder le contrôle des opérations grâce à la nomination d’un Premier ministre nommé par la Chambre basse mais aussi par le Sénat constitué de 250 membres entièrement désignés par les militaires.

Aujourd’hui, 45 partis et 69 candidats […]

Sophie Boisseau du Rocher, Asie21

 

Extrait de la Lettre confidentielle Asie21-Futuribles n°126 mars 2019

La suite de l’article est réservée aux abonnés : abonnement en ligne

 

Lire également

Asie21 n°122 : Thaïlande, élections 2019, incertitude totale, Rémi Perelman

Asie21 n°124 : élections : procrastination militaire en Thaïlande, Rémi Perelman

Asie21 n°125 : Thaïlande : coup d’éclat, Rémi Perelman