Philippines – États-Unis – Traité de défense mutuelle : Des garanties américaines mais une renégociation en suspens1

Mike Pompeo, secrétaire d’État américain, s’est arrêté les 28 février et 1er mars 2019 à Manille pour discuter des sujets d’intérêts politiques communs. Sur celui du traité de défense mutuelle (TDM) de 1951 il a apporté des garanties aux Philippines quant aux termes d’une intervention américaine à leur profit en mer de Chine du Sud en cas d’agression chinoise. Si en réponse à cela, le secrétaire d’État philippin Teodoro Locsin est convaincu de ne rien changer au TDM, puisque les précisions américaines apportées suffisent, ce n’est pas le cas du président Duterte et de son secrétaire à la défense. Ils tiennent tous deux à une révision de l’accord.

FAITS

Après avoir participé aux négociations Trump – Kim Jung Un à Hanoï, le secrétaire d’État américain Michael Pompeo s’est arrêté à Manille les 28 février et 1er mars 2019 pour s’entretenir avec le gouvernement philippin de multiples sujets politiques d’intérêts communs, mais avant tout de l’application du traité de défense mutuelle (TDM) de 1951. Sur ce thème, les engagements américains à l’égard des Philippines apparaissent clairement dans la déclaration de Michael Pompeo lors de la conférence de presse donnée le 1er mars 2019 en présence de son homologue philippin, Teodoro Locsin. L’intervention de Michael Pompeo à propos de la mer de Chine du Sud a porté sur deux garanties (cf. encadré 1) :

  • celle, indirectement dite, d’un accès « libre », « non obstrué », des Philippines, comme des États-Unis, à la mer ;
  • celle d’une défense américaine en cas d’agression « contre les forces des Philippines, leurs avions et leurs navires d’État » en mer de Chine du Sud.

Si Michael Pompeo n’a pas mentionné la possibilité d’une éventuelle renégociation du TDM, Teodoro Locsin a résolu l’incertitude en déclarant inutile de procéder à une révision. Il a fait valoir que l’ambiguïté contenue dans le texte était suffisante pour dissuader tout agresseur d’attaquer les Philippines, puisque, sous-entendu, le texte n’apporte aucune vraie précision sur le moment à partir duquel les États-Unis pourraient intervenir. L’élément de doute, et donc de surprise, est ainsi conservé.

En revanche et en coulisse, le secrétaire d’État philippin à la défense, Delphin Lorenzana, et la présidence philippine, […]

Daniel Schaeffer, Asie21

(1) Cet article fait suite à celui d’Asie21 n° 124 de janvier 2019 : Philippines – États-Unis : Perspective de renégociation du Traité de défense mutuelle

Lire également

  • Encadré 1 : extrait du communiqué de Mike Pompeo
  • Encadré 2 : rappel des textes intégraux
  • Encadré 3 : cas spécifique du traitement d’un incident autour des récifs de Scarborough

Extrait de la Lettre confidentielle Asie21-Futuribles n°126 mars 2019

La suite de l’article est réservée aux abonnés : abonnement en ligne