Les Philippines après Marawi

La bataille de Marawi vient de prendre fin. Mais les terroristes islamistes perdurent. A Marawi, la reconstruction balbutie. La relation entre Manille et Washington se trouve — pas coulée mais — toujours au fond du Pacifique. Et, nous voyons la Chine et la Russie mettre les pieds aux Philippines avec la « bénédiction » du président Duterte… Analyse du général (2s) Daniel Schaeffer, du Groupe de réflexion Asie21, pour Asie Pacifique News.

Lire la suite

Nouvelles Routes de la soie : où en est-on exactement ?

Des officiels iraniens applaudissent à l’entrée en gare de Téhéran du premier train reliant la Chine à l’Iran depuis l’ancienne Route de la soie, le 15 février 2016.  (Crédits : AFP PHOTO / STRINGER)

En 2013, Xi Jinping annonçait au Kazakhstan la « version terrestre » des « nouvelles Routes de la soie » (la « Ceinture »). Quelques mois plus tard, il présentait la « version maritime » (la « Route ») à Jakarta. Depuis ces annonces, la dénomination anglaise a évolué. D’abord siglée OBOR (One Belt One Road – Une ceinture, une route), l’appellation était trop centrée sur les intérêts chinois et, pour les mauvaises langues, elle se traduisait par « Our bulldozers, Our rules ». Aussi Pékin a-t-il glissé vers une plus modeste Belt and Road Initiative (BRI). Déclinée sur tous les modes – voie ferrée, maritime, routes, digital et aérien –, la BRI se développe le long de deux axes ayant chacun des variantes. Le premier traverse l’Asie Centrale et continue vers l’Europe, via la Russie ou via l’Iran, et également la Route du Nord (Arctique). Le second se démultiplie en trois corridors (Pakistan vers le port de Gwadar, Birmanie vers le port de Kyaukphyu, Laos vers Singapour), et se prolonge par une voie maritime qui aboutit au Pirée d’où elle continue vers l’Europe centrale. La BRI qui ne se limite pas aux infrastructures et incorpore la construction de zones industrielles, la production électrique et même des projets hôteliers.
 

Lire la suite

Lettre confidentielle Asie21-futuribles n°112 décembre 2017 – sommaire

1 – ÉVÉNEMENTS MAJEURS DU MOIS ET ENJEUX DE DEMAIN

EURASIE

EURASIE  La face sombre des Routes de la soie, Rémi Perelman, Asie21

Lire la suite

Chine : Xi Jinping, plus fort que Jésus-Christ

Après le 19e congrès du Parti communiste chinoise, le culte du président Xi Jinping a pris une forme plus marquée. Dans la province du Jiangxi, le Parti a lancé une campagne pour « transformer les croyants dans la religion en croyants dans le Parti ».

Lire la suite

Le Piège de Thucydide, Destinated for war, 修昔底德陷阱, Graham Allison, Library of Congress, 2017

Destined for war, can America and China escape Thucydides’s trap?

Graham Allison, Library of Congress, 2017, 364 pages.

Cette note de lecture est parue dans le n°15 de la revue Conflits (octobre-novembre-décembre 2017) et reproduite ici avec l’aimable autorisation de son rédacteur en chef, Pascal Gauchon (https://www.revueconflits).

美國學者艾利森2017年的着作:"終必一戰⋯⋯中美能否走出修昔底德陷阱?"乃是引申西元前五世紀發生的伯羅奔尼撒戰爭,從而推論,由於美國害怕中國的掘起與壯大,因此在不久的將來,雙方不免會爆發戰爭?

Dans un avenir plus ou moins proche, paraphrasant Thucydide sur l’origine des guerres du Péloponnèse au Ve siècle avant Jésus-Christ, pourra-t-on dire : « Ce fut la montée en puissance de la Chine et la crainte qu’elle inspirait aux États-Unis qui rendit la guerre inévitable » ?

Alors que le changement en cours de l’ordre du monde est marqué par la rivalité sino-américaine, Graham Allison1 rappelle que les leçons de l’histoire méritent toute notre attention. Dans seize exemples d’antagonismes, dominés par les intérêts, la peur et l’honneur, causes de conflits majeurs, initialement voulus de personne et pour autant rarement évités, l’auteur et historien relève les situations allant de la rivalité à la tension, de la dispute commerciale aux tractations diplomatiques pour déboucher sur l’affrontement militaire. Bien des similitudes avec l’actualité sont soulignées et des enseignements à retenir.

La Chine et les États-Unis tomberont-ils à leur tour dans le « piège de Thucydide » ?

Lire la suite

Népal : Le tourisme est reparti

Après deux exercices difficiles, dûs au tremblement de terre d’avril 2015 et au quasi blocus imposé par l’Inde à la fin de la même année, le tourisme au Népal a fortement redémarré en 2017 avec un accroissement de 25,47 % du nombre des visiteurs pour les 10 premiers mois de janvier à octobre (760 000 au total) et des gains en devises se montant à environ 600 millions de $ selon les comptes de la banque centrale.

Lire la suite

Chine – Inde : Création d’un institut bouddhique dans l’île de Hainan

À Nalanda, au Bihar, avait existé une université bouddhique qui connut une grande renommée. Fondée au Ve siècle avant Jésus-Christ, elle fut détruite par des envahisseurs musulmans vers l’an 1200. En 2006, l’Inde a envisagé de recréer une université sur le même site. Des financements étrangers, y compris chinois (un demi-million de dollars versés en … Lire la suite