Caspienne : Seront-ils enfin d’accord ?

Jamais depuis 1991, les cinq États riverains de la Caspienne n’ont paru aussi proches de conclure enfin un accord multilatéral définissant le statut de cet espace maritime fermé, et les droits des États le bordant. Mais l’euphorie devant cette perspective serait sans doute précipitée, tant les enjeux contradictoires restent difficiles à concilier.

FAITS

Le 5 décembre 2017, à Moscou, s’est tenue une réunion des ministres des Affaires étrangères des cinq États riverains de la Caspienne (Azerbaïdjan, Iran, Kazakhstan, Russie et Turkménistan). Cette réunion avait pour but de préparer un accord entre eux au sujet du statut juridique de l’espace caspien, et donc des conséquences en terme de droits d’exploitation des ressources minières et surtout énergétiques de celui-ci.

Les cinq chefs d’État concernés doivent (en principe) se réunir à Astana, au Kazakhstan, début 2018, pour finaliser le texte définissant ce statut. Compte tenu des considérables enjeux sous-jacents, ce sera seulement leur cinquième sommet régional en plus d’un quart de siècle, soit depuis l’éclatement de l’Union soviétique en 1991.

[…]

Patrick Dombrowsky, Asie21

Extrait de la Lettre confidentielle Asie21-Futuribles n°112 décembre 2017

La suite de l’article est réservée aux abonnés : abonnement en ligne

 

Lire également : Russie – Azerbaïdjan – Iran : coopération trilatérale (corridor ferroviaire nord-sud, partage de la mer Caspienne)