Asie centrale ex-soviétique : enfin des frontières !

Le 10 novembre 2017, en marge d’une conférence des Nations unies sur les futurs enjeux centrasiatiques qui s’est tenue à Tachkent (Ouzbékistan), a été signé un traité trilatéral réglant un point symbolique essentiel dans la démarcation définitive des frontières entre ces trois États issus en 1991 de la défunte Union soviétique.

Lire la suite

Kazakhstan-Ouzbékistan  Et si l’Aral renaissait ?

Jadis 4e plus grand espace maritime fermé du monde, celle qu’on appelait « la mer d’Aral » a perdu 75 % de sa superficie, et 90 % de son volume, amenant tous les spécialistes à la considérer comme définitivement perdue. Pourtant, dans sa partie septentrionale, dite « Petite mer », le niveau de l’eau remonte, et une économie marine redémarre modestement. L’Aral serait-elle sauvée ?

Lire la suite

Ouzbékistan  : 25 ans d’immobilisme

Un quart de siècle après la dislocation de l’Union soviétique, le groupe Asie21 se penche sur les cinq États qui, au centre du continent, sont nés à cette occasion. Il dresse le bilan de ces deux décennies et demie, et envisage les perspectives d’avenir de chacun d’entre eux.

Quatrième étape de ce périple : l’Ouzbékistan, le plus géopolitiquement prometteur des cinq États centrasiatiques, lors de leur indépendance, mais aussi celui qui a le plus déçu. L’échec économique, la répression politique, l’inconstance diplomatique, et pour finir l’immobilisme total ont laissé grandir les menaces, au point que le pays apparaît désormais comme le plus perturbateur de la région.

Lire la suite

Asie centrale : L’eau de la discorde

L’Asie centrale est caractérisée par son aridité, comme la mer d’Aral en donne l’image. Les ressources en eau, nécessaires pour la vie de près de 70 millions d’habitants aujourd’hui, y seront très critiques en 2050. La rétention de l’eau par les pays de l’amont et l’augmentation des besoins engendrent une pénurie croissante et, avec elle, une situation potentiellement conflictuelle. La ressource en eau provient des glaciers des massifs montagneux adossés à la Chine. Ils donnent ainsi naissance à l’Amou Darya, au Syr Darya, comme à l’Irtych et à l’Ily. De multiples facteurs, parmi lesquels la gestion de l’eau « aux caractéristiques chinoises » font de leur eau une denrée convoitée.

Lire la suite

Entre Asie et Europe, les Routes ferrées de la soie

Entre Asie et Europe, les Routes ferrées de la soie Éléments documentaires Rémi Perelman-Asie21, septembre 2015   65 – 4,4 – 63 Ces trois chiffres qui fondent le mythe eurasiatique des Routes de la soie (relier 65 pays, 4,4 milliards d’individus soit 63 % de la population du globe) Les esprits chagrins en ajouteront un 4e : 29 % de … Lire la suite