Mer de Chine du Sud : la pression des puissances maritimes sur Pékin s’accentue

Mer de Chine du Sud : la pression des puissances maritimes sur Pékin s’accentue

Face à une Chine qui continue à prétendre s’arroger la quasi-totalité de la mer de Chine du Sud, et qui par-là présente une réelle menace potentielle contre la liberté de la navigation internationale sur et au-dessus de cette mer, plusieurs États, foncièrement attachés au respect du droit de la mer, entendent contraindre Pékin à tenir les engagements liés à sa ratification de la CNUDM. Et aussi à s’aligner sur le verdict du 12 juillet 2016 de la CPA, verdict qui invalide ses prétentions fondées sur le tracé en neuf traits. 

FAITS

Dans le bras de fer qui oppose désormais Washington et ses alliés ou soutiens face à Pékin en mer de Chine du Sud, un foisonnement d’événements récents et d’autres à venir1, depuis le passage de l’HMS Albion à proximité des îles Paracels2, témoigne d’une nouvelle montée des tensions sur zone.

Ces manœuvres sont le fait :

  • des États-Unis qui y intensifient leur présence, tant par voie des airs que par voie navale ;
  • du Japon qui y conduit d’abord une série de manœuvres conjointes avec des unités navales américaines, puis y réalise en national un exercice de lutte anti sous-marine ;
  • de multiples escales de navires de guerre extérieurs à la région dans des ports d’Asie du Sud-Est après avoir franchi, dans un sens ou dans un autre, la mer de Chine méridionale.

D’autres manifestations de présence sont annoncées, telles qu’un projet d’action commune franco-australienne à une date encore indéterminée et l’arrivée prochaine d’un bâtiment de sa Majesté britannique, le HMS Argyll, après qu’il eut conduit, ce 26 septembre 2018, un exercice conjoint en océan Indien avec le porte-hélicoptères (PH) japonais JS Kaga.

Ces événements en mer de Chine du Sud se cumulent avec, de la part des États-Unis :

  • l’intention exprimée de vendre à Taiwan, à hauteur de 330 millions de dollars, des pièces de rechange pour ses avions de combat F-16,
  • la décision, en date du 20 septembre, d’imposer des sanctions  à la DDE pour avoir acheté à la Russie 10 chasseurs Su-35 en 2017 et des systèmes de défense sol-air S-4003 en 2018.

En réplique de ce faisceau d’événements nettement focalisés contre la Chine, cette dernière :

  • continue à harceler les Britanniques en espérant les empêcher d’intervenir en mer de Chine du Sud 4 ;
  • refuse au navire d’assaut amphibie USS Wasp l’escale sollicitée pour avoir lieu en cette mi-octobre à Hong Kong ;
  • annule, le 22 septembre,  la deuxième session de dialogue stratégique institutionnalisé 5 avec les États-Unis, planifiée pour la mi-octobre, ce qui contraint le secrétariat américain à la Défense d’annoncer […]

Daniel Schaeffer, Asie21

Extrait de la Lettre confidentielle Asie21-Futuribles n°121 octobre 2018

La suite de l’article est réservée aux abonnés : abonnement en ligne

 

Encadré 1

Relevé succinct des activités des intervenants extérieurs à la mer de Chine du Sud pendant la période observée

Il est présenté par ordre chronologique, afin de souligner ce foisonnement multilatéral des diverses activités navales de puissances extérieures sur et au-dessus du bassin.

Août 2018 : des bombardiers américains B-52 survolent la mer de Chine du Sud à quatre reprises.

À partir du 31 août 2018 : manœuvre de plusieurs jours entre :

  • un groupe naval […]

Encadré 2 

Panoplie des réactions immédiates et, en termes de prospective, potentielles chinoises

Immédiates

  • Protestations rituelles systématiques, dénonçant tous les actes relevés comme des provocations à l’encontre de la Chine.
  • Déclaration de Wang Yi, le ministre des Affaires étrangères chinois le 28 septembre 2018 selon lequel il n’y a pas lieu de « céder à la panique » devant l’aggravation des relations avec  les États-Unis, situation devant laquelle « la Chine fait montre de la plus intense retenue » souligne-t-il avec vigueur. Ce qui pourrait démontrer que les opérations américaines impressionnent toutefois une Chine qui hésite encore pour l’heure à aller trop loin dans ses répliques.
  • Approche agressive de l’[…]

Encadré 3

Sanctions imposées à la DDE de l’armée chinoise

Pour décider des sanctions imposées à la DDE de l’armée chinoise pour ses achats d’armement à la Russie, les États-Unis invoquent la violation, par les Chinois, de la section 231 de la loi américaine de l’« opposition aux adversaires de l’Amérique par des sanctions ». Dans le cas présent, elles […]

Encadré 4

Les sujets abordés lors de la rencontre Mike Pompeo – Wang Yi

Dans une ambiance glaciale, ils ont porté sur : […]