Chine – Royaume-Uni – mer de Chine du Sud : Polémique sur le transit de l’HMS Albion à proximité des Paracels

Pékin considère que le navire britannique de transport de chalands de débarquement (TCD) HMS Albion, en provenance du Japon et en route vers Ho Chi Minh Ville, au Vietnam, a violé la mer territoriale chinoise en transitant à proximité des îles Paracels le 31 août 2018. En lançant la polémique sur une réalité non avérée, les Chinois procèdent à un chantage qui vise à inciter les Britanniques à abandonner leur soutien aux opérations internationales de défense de la liberté de la navigation en mer de Chine du Sud.

Peking considers that the British amphibious transport dock HMS Albion, coming from Japan and on her way to Ho Chi Minh City, in Vietnam, violated the Chinese territorial sea when transiting in the vicinity of the Paracels islands on the 31rst of August 2018. By launching a controversy about an unproved reality the Chinese are resorting to a kind of blackmail the purpose of which being to entice the British to give up their support to the international operations of defense of freedom of navigation in the South China Sea.

FAITS

Le 31 août 2018, après trois mois d’activités navales diverses au Japon et dans les eaux proches, le TCD britannique HMS Albion, a effectué un passage à proximité des îles Paracels lorsqu’il se rendait en escale à Ho Chi Minh Ville, au Vietnam. L’information n’est apparue dans la presse internationale que le 6 septembre après que le ministère chinois des Affaires étrangères eut communiqué à l’agence Reuters une déclaration selon laquelle le HMS Albion avait transité dans les eaux territoriales chinoises et ainsi violé la souveraineté du pays.

En réalité, le navire britannique est effectivement passé à proximité des Paracels mais hors des 12 milles marins de la mer territoriale telle que définie autour du groupe d’îles par les Chinois le 15 mars 1996 (cf. carte). Ce qui n’a pas empêché la marine chinoise de jalonner le navire britannique avec une frégate et deux hélicoptères.

Sans revenir sur toute la diatribe suscitée par l’événement proprement dit, diatribe reprise le 6 septembre par madame Hua Chunying 华春莹, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, lors de sa conférence de presse, l’argumentation développée vise à :

  • démontrer que les Britanniques ont violé la souveraineté territoriale maritime chinoise ;
  • accuser ces derniers d’être les suiveurs, pour ne pas dire les lèche-bottes (sharksucker) des Américains ;
  • convaincre que […]

Daniel Schaeffer, Asie21

Voir également  Asie21 n°118 : Réactions aux abus en mer de Chine du Sud pour un développement plus détaillé sur la question

Extrait de la Lettre confidentielle Asie21-Futuribles n°120 septembre 2018

La suite de l’article est réservée aux abonnés : abonnement en ligne