Inde – Chine : réchauffement en avril, et alors ?

Le mois d’avril 2018 aura été le mois où la Chine et l’Inde, au fil de nombreuses rencontres, ont voulu fermer la parenthèse ouverte par 73 jours de face à face hostile entre leurs armées sur le plateau de Doklam. S’expliquer « entre amis » est une phase classique des relations entre ces deux puissances inégales, certes, mais qui s’entendent pour négocier quelques avantages de part et d’autre. Est-ce à dire que l’Inde souhaite s’en tenir au confinement avec la Chine et la Russie ?

April was the month when China and India, through many meetings, wanted to close the parenthesis opened by 73 days of hostile confrontation between their armies on the Doklam plateau. Explaining oneself « among friends » is a classic phase of relations between these two unequal powers, of course, but who agree to negotiate some advantages on both sides. Does this mean that India wants to stick to confinement with China and Russia ?

FAITS

Une série de réunions sino-indiennes s’est tenue en avril 2018 en vue de rétablir les relations bilatérales après l’impasse créée en 2017 par l’incident du plateau de Doklam, territoire disputé entre la Chine et le Bhoutan, l’allié de l’Inde.

Le 13, Ajit Doval, conseiller à la Sécurité nationale de l’Inde s’est entretenu à Shanghai avec Yang Jiechi, directeur du Bureau de la Commission des affaires étrangères du CCPCC créée en mars 2018. Les deux interlocuteurs ont évoqué les sujets de divergence :

le corridor économique sino-pakistanais (son passage par le Cachemire est contesté par Delhi) ;

le blocage par Pékin de 1) l’entrée de l’Inde dans le Nuclear Suppliers Group (NSG) ; 2) la demande indienne aux Nations unies de considérer Masood Azhar, chef du groupe islamiste Jaish-e-Mohammad, comme terroriste.

Le 14, Rajiv Kumar, vice-président du Niti Aayog (cf. encadré n° 3), a conduit la délégation indienne lors du 5e Dialogue économique stratégique entre l’Inde et la Chine, à Pékin. Dans le contexte de guerre commerciale sino-américaine, Kumar a proposé de livrer le soja et le sucre en lieu et place des agriculteurs de l’Iowa et de l’Ohio contre une série d’investissements, dans les projets d’Alliance solaire internationale et de « Logement pour tous en Inde d’ici 2022 » de Modi et dans différents secteurs (textile, cuir, agro-alimentaire, composants électroniques, produits pharmaceutiques et R&D).

NB. Cinq groupes de travail mixtes fonctionnent dans le cadre de ce Dialogue : infrastructure, haute technologie, énergie, conservation des ressources et coordination des politiques.

Le 20, la Chine a proposé à l’Inde, en signe de bonne volonté, de reprendre les échanges militaires suspendus en 2017.

Le 24, à Pékin, Sushma Swaraj, ministre des Affaires étrangères […]

Rémi Perelman, Asie21

  • Encadré 1  Partenariats stratégiques de l’Inde en Indo-Pacifique
  • Encadré 2  Inde-Japon : Surveillance de l’océan Indien. L’Inde se dote de douze avions amphibies japonais
  • Encadré 3  NITI Aayog (Inde)

Voir également l’article d’Alain Lamballe sur Doklam : Bhoutan – Chine – Inde : un test d’intimidation

 

Extrait de la Lettre confidentielle Asie21-Futuribles n°117 mai 2018

La suite de l’article est réservée aux abonnés : abonnement en ligne