Chine – États-Unis : Menace chinoise d’attaques par armes à énergie dirigée

Divers incidents récents prouvent que les Chinois n’hésitent pas à utiliser des armes à rayons lasers contre les aéronefs américains et australiens, dans n’importe quel secteur du monde où ceux-là considèrent faire l’objet de recherche agressive de renseignement militaire à leur encontre.

Some recent incidents demonstrate that the Chinese do not waver to use laser beam weapons against American and Australian aircrafts, anywhere in the World when they consider being targeted by offensive military intelligence activities from others.

FAITS

Le 17 février 2020, à l’occasion de l’exercice en haute mer d’un groupe naval chinois, mené à 380 km au nord-ouest de Guam en mer des Philippines, la frégate chinoise Hu He Hao Te (呼和浩特1), a ébloui par arme laser basse énergie un avion américain de reconnaissance P8-A Poséidon venu voler à proximité. Quelque temps après le débat qui s’en est suivi entre Américains et Chinois, Global times, organe relais de la voix du gouvernement de Pékin, a publié le 17 mars un article selon lequel l’armée chinoise, en l’occurrence sa marine, envisageait clairement l’usage d’armements non létaux contre celle des États-Unis. Le laser basse énergie en fait partie ainsi que les armes à déclenchement d’impulsion électromagnétique (IEM)2 tandis que de premières informations apparaissent en 2017 sur l’avancement des travaux chinois dans l’élaboration d’armes à micro-ondes à haute puissance.

Pour se justifier, les Chinois avancent comme argument que l’emploi de telles armes, en temps de crise ou de tensions, ne vaut pas acte de guerre quand bien même leurs effets visent à provoquer la rupture des circuits électriques et électroniques qui commandent transmissions, radars, systèmes d’armes, systèmes de navigation, et autres équipement des navires ennemis. Ils estiment en effet que, malgré l’agressivité qu’elles affichent, leur usage :

  • peut limiter les affrontements au niveau de la gestion de crise alors que l’utilisation d’un armement létal classique pourrait amener la situation à dégénérer en conflit ouvert,
  • évite de recourir à des méthodes plus franchement agressives telles que celles qui visent à éperonner ou simplement menacer d’éperonner un navire adverse [•••]

Encadré : Un bilan non exhaustif des agressions chinoises commises par armes laser basse énergie

 

Extrait de la Lettre confidentielle Asie21-Futuribles n°138/2020-04

La suite de l’article est réservée aux abonnés : abonnement en ligne ou par mail