De l’importation du soja et de la viande par la Chine, ou l’art de la contradiction

Le marché de lalimentaire est un point faible de léconomie chinoise, le pays le plus peuplé du monde est le plus mal doté en terre arable avec 0,09 ha par habitant (contre 0,47 aux États-Unis ou 0,87 en Russie). Lautosuffisance alimentaire dépend des importations. La Chine représente un formidable enjeu pour les puissances agricoles exportatrices dans le monde. Le soja est le premier produit agricole exporté en Chine par les États-Unis avec 12,4 milliards $ en 2017 (60 % des exportations américaines), mais le Brésil en est le premier fournisseur depuis 2013. Le marché chinois de la viande, également en explosion, est approvisionné par les pays à vocation exportatrice : Brésil, Argentine, Australie et Uruguay et depuis quelques mois les États-Unis. Il ne représente que 4,2 % des importations de soja.

FAITS

En rétorsion des mesures prises par les États-Unis sur ses exportations, la Chine a annoncé quelle taxera les importations de soja nord-américain de 25 % à dater du 6 juillet 2018.

La Chine a signé le 25 juin dernier un protocole de levée de lembargo sur le bœuf français. La presse française loue ce succès diplomatique ouvrant le marché chinois à la viande française. […]

Maurice Rossin, Asie21

Extrait de la Lettre confidentielle Asie21-Futuribles n°119 juillet-août 2018

La suite de l’article est réservée aux abonnés : abonnement en ligne