Inde : L’Union fragmentée

Contrairement à ce qui été redouté, le covid-19 n’a pas provoqué une crise sanitaire en Inde mais l’économie subit l’impact du confinement et de la récession mondiale.

FAITS

Une forte densité de population, la promiscuité qui règne dans les bidonvilles [ 800 000 habitants à Dharavi, Mumbai ] où vit un quart de la population indienne, les fêtes religieuses sont autant de facteurs qui faisaient craindre une hécatombe après l’apparition du covid-19. En outre, exception faite du Kerala et du Gujarat, les autres États ont tardé à prendre des mesures pour juguler les épidémies. Même si des incertitudes entourent le nombre de cas (56 383 le 8 mai 2020) et le nombre de décès (1 883) dus au covid-19, selon Worldometer qui reprend les statistiques nationales, ce dernier n’a pas provoqué de crise sanitaire. Les districts les plus affectés se situent autour de Mumbai, de Chennai qui sont avant Bangalore des métropoles industrielles de l’Inde.

Le covid-19 a fait son apparition dans une économie indienne qui marchait au ralenti avec une croissance de […]

 

Extrait de la Lettre confidentielle Asie21-Futuribles n°139/2020-05

La suite de l’article est réservée aux abonnés : abonnement en ligne ou par mail

 

Lire égalementAsie 21 n° 133/2019-11 Inde : le ralentissement n’est pas un accident de parcours