Corée du Sud – Japon – Chine : L’autre guerre commerciale entre Séoul et Tokyo, le pari risqué de Moon Jae-in 

Alors que la « guerre commerciale » entre la Chine et les États-Unis capte l’attention générale, une autre « guerre commerciale » est également en cours – celle opposant la Corée du Sud et le Japon.  Cependant le conflit commercial opposant les 3e et 11e puissances mondiales, à savoir le Japon et la Corée du Sud, ne devrait pas nous laisser indifférent : il met en opposition les deux plus grands producteurs de matériels électroniques et informatiques au monde.

FAITS

L’origine de la crise, comme de la plupart des problèmes géopolitiques actuels en Asie, remonte à la période 1910-1945 : à ce moment, la Corée du Sud était placée sous contrôle japonais. En tant que puissance coloniale occupante, le Japon a profondément affecté le pays avec l’interdiction de la langue coréenne et de la religion locale. Mais il a aussi, à son actif, le développement rapide du chemin de fer, du téléphone et l’envol de la scolarisation 

Entre 1939 et 1945 :

  • 200 000 coréens furent forcés de servir l’armée japonaise,
  • 450 000 furent forcés de travailler au Japon,
  • environ 200 000 coréennes devinrent des « femmes de réconfort », victimes d’esclavage sexuel au service des troupes japonaises.

En 1965, les deux pays rétablissent des relations diplomatiques formelles et Tokyo octroie une aide au développement de 300 millions de dollars et, en plus, 200 millions de prêts bancaires.

En décembre 2015, les deux pays décident de s’entendre sur la question des femmes de réconfort : le premier ministre japonais, Shinzo Abe, exprime aux victimes ses « excuses et son repentir, du plus profond de son cœur » et annonce 7,5 millions d’euros de dédommagement. Cependant, le président sud-Coréen Moon Jae-in, élu en 2017, décide d’annuler l’accord courant 2018.

C’est dans ce contexte que se produisent une série de décisions juridiques menant à la crise actuelle :

  • fin 2018, la Cour suprême de Corée du Sud a ordonné à […]

Jean-Yves Heurtebise, Asie21

 

Extrait de la Lettre confidentielle Asie21-Futuribles n°132 octobre 2019

La suite de l’article est réservée aux abonnés : abonnement en ligne