L’Iran, potentiel vainqueur du bras de fer qui s’annonce entre l’Inde, la Chine et les États-Unis

L’Inde et la Chine, les deux principaux partenaires pétroliers de l’Iran, ont décidé, en l’espace d’un mois, d’ajuster leurs relations avec Téhéran, bravant les risques de sanctions américaines.

Début novembre 2018, les autorités indiennes annoncent avoir conclu un accord avec leurs homologues iraniens afin que leurs importations de pétrole soient désormais réglées en rial via l’UCO Bank indienne, à la National Iranian Oil Company (NIOC).

Début décembre 2018, la vice-présidente de la Chambre de commerce irano-chinoise, Majid-Reza Hariri, annonce que les échanges entre son pays et la Chine continentale reprennent progressivement, après près de deux mois de rupture, via la Kunlun Bank. Créée en 2007, cette banque est dédiée au financement des importations chinoises de pétrole iranien via des mécanismes hors d’accès des sanctions américaines.

Ces décisions […]

Laurent Amelot, Asie21

Extrait de la Lettre confidentielle Asie21-Futuribles n°123 décembre 2018

La suite de l’article est réservée aux abonnés : abonnement en ligne