Inde – États-Unis – Russie – Chine : La réticence indienne à sanctionner la Russie pourrait-elle influer sur le Quad ? 

Depuis le 24 février 2022, date de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, la majeure partie des pays du monde – dont les BRICS* – s’est abstenue de sanctionner Moscou. Parmi eux, pourtant membre de la stratégie américaine du containment* de la Chine dans la zone Indo-Pacifique, le Quad*, l’Inde refuse toujours d’appliquer les sanctions contre la Russie malgré les pressions des États-Unis. À la suite de l’analyse des aspects économique et militaire de ce refus dans la Lettre confidentielle du mois de mai1, Asie21 en examine aujourd’hui les enjeux stratégiques qui dépassent largement le cadre du conflit russo-ukrainien.

FAITS

  • Acquisition d’armes russes dont le système de défense anti-missiles sol-air S-400.
  • Augmentation des importations de combustibles russes bradés.
  • Contribution, volontaire ou involontaire, à la manne financière russe, estimée à plus de 100 milliards USD depuis le début du conflit russo-ukrainien.
  • Tentative de contourner l’extraterritorialité de l’USD par l’emploi d’un système « roupie/rouble ».

La liste d’accusations des États-Unis à l’encontre de l’Inde a incité Washington à accentuer ses pressions sur New Delhi pour qu’elle prenne ses distances avec Moscou. Pourtant, dans ce bras de fer surprenant où l’Inde a jusqu’à présent refusé de se soumettre, les exigences de Washington pourraient leur être préjudiciables sur un théâtre d’opérations d’une tout autre ampleur.