Impasse birmane

La Birmanie de 2021 n’est plus celle de 1962 (coup d’État du général Ne Win) ni celle de 1988, où la répression fit 3000 morts. Le peuple birman se rend compte que les militaires ont voulu reprendre le pouvoir non pas pour défendre l’unité du pays, mais pour préserver leurs privilèges. Les élections de novembre 2020 ont montré sans équivoque que la population souhaitait revenir à un régime de démocratie parlementaire  dirigé par des civils. 

FAITS

Le 1er février 2021, les généraux reprennent le pouvoir en Birmanie. Depuis lors, les manifestations hostiles se multiplient dans tout le pays, jusque dans les régions les plus reculées et l’on signale aussi des défections de policiers et de gardes-frontières. 

 

Extrait de la Lettre confidentielle Asie21-Futuribles n° 148/2021-03

abonnement en ligne