La victoire des conservateurs aux élections locales à Taïwan : une victoire pour Pékin

Les élections locales à Taïwan mi-novembre (république de Chine) ont vu la victoire du KMT sur le DPP, le parti actuellement au pouvoir à travers la présidente Tsai Ingwen. Faut-il y voir une victoire pour Pékin comme l’ont dit trop souvent certains analystes et la Chine elle-même ?

FAITS

Quand le KMT  se replie à Taïwan en 1949 après sa défaite contre le PCC, il y impose la loi martiale. 

  • La loi martiale va s’étendre de 1949 à 1987 et sera ponctuée d’événements de répression : notamment de l’incident 228 ou massacre du 28 février 1947 qui a causé la mort de plus de vingt mille personnes.
  • Depuis cette date, Taïwan a connu une transition réussie vers la démocratie. Les premières élections parlementaires eurent lieu en 1991 et 1992, les premières élections locales et municipales en 1994 et la première présidentielle en 1996.
  • En 2018, Taïwan occupait le 10e rang de l’Indice de la liberté humaine (Human Freedom Index) de l’Institut Fraser (la Chine, par comparaison, figurant à la 135e place – sur 159 pays).
  • La république de Chine ou Taïwan compte aujourd’hui deux partis principaux : le KMT dit « bleu » et le DPP dit « vert ».

Ces élections locales (les neuvièmes depuis l’instauration de la démocratie) servaient de test au DPP après deux ans de présidence. Avec un taux de participation de plus de 66 %, elles ont été l’occasion d’un nouveau retournement politique survenant après l’éclatante victoire du DPP aux élections de 2016 (56 % des votes) qui avaient consacré la […]

Jean-Yves Heurtebise, Asie21

Extrait de la Lettre confidentielle Asie21-Futuribles n°123 décembre 2018

La suite de l’article est réservée aux abonnés : abonnement en ligne