ASEAN/Sommet – Mer de Chine du Sud : Une déclaration finale de soumission à Pékin

ASEAN/Sommet – Mer de Chine du Sud : Une déclaration finale de soumission à Pékin

Après avoir subi en coulisse les pressions de la diplomatie chinoise avant le 30e sommet de l’ASEAN, qui s’est tenu à Manille du 28 au 29 avril 2017, l’Association, sous la présidence actuelle du président Duterte, a produit le 30 avril 2017 une déclaration complètement asexuée sur la question de la mer de Chine du Sud. Y est également exprimé l’espoir d’aboutir rapidement à un code de conduite (Code of conduct / COC) des parties en mer de Chine du Sud, un authentique leurre, dans la situation actuelle, pour les intérêts des riverains sud-est asiatiques de la mer de Chine méridionale.

FAITS

À l’issue du 30e sommet de l’ASEAN, qui a eu lieu à Manille, sous la présidence des Philippines, dont c’est le tour d’assumer la responsabilité, le président Duterte a présenté, en décalé par rapport à l’usage, soit le 30 avril au lieu du 29 date officielle de fin du sommet, une déclaration commune1 qui fait le bilan de tous les sujets discutés. Parmi ceux-ci, la question de la mer de Chine du Sud, contentieux actuels et projet d’aboutissement à un code de conduite des parties.

Sur la question des contentieux, tout ce qui peut déplaire de formulation à la Chine a été limé, raboté, édulcoré :

  • aucune mention de la Chine,
  • aucune référence au verdict de la Cour permanente d’arbitrage (CPA) en date du 12 juillet 20162 ,
  • aucune allusion aux activités chinoises de militarisation des huit sites 3 artificiellement créés par la Chine dans les Spratleys à partir de décembre 2013,
  • des formules lapidaires générales de principe telles que : « Nous réaffirmons l’importance du besoin de renforcer la confiance mutuelle, l’exercice de la retenue dans la conduite des activités, l’évitement des actions qui pourraient compliquer la situation, la continuation de la résolution pacifique des disputes sans recourir à la menace ou à l’usage de la force » (traduction libre de l’auteur).

Des diplomates de l’ASEAN, non identifiés mais qui, par mécontentement, ont accepté de parler à la presse sous couvert de l’anonymat, notamment à Associated press, ont révélé […]

Daniel Schaeffer, Asie21

Extrait de la Lettre confidentielle Asie21-Futuribles n°106 mai 2017