L’ASEAN et l’Indo-Pacifique

L’Indo-Pacifique est le nouveau concept à la mode, un concept étrangement élastique et déclinable. Lancé une première fois par Shinzo Abe en 2007, il reprend forme en 2013 quand le Livre blanc australien le cite comme « un espace de prospérité et de stabilité ». Shinzo Abe le réhabilite en 2016 et articule une stratégie pour un Indo-Pacifique « libre et ouvert », en même temps que le Premier ministre indien qui y voit un prolongement de la Look East Policy lancée par son pays en 1991. En 2017, l’Administration Trump l’intègre dans sa Stratégie de sécurité nationale, puis dans sa Stratégie de défense nationale en 2018. De manière étonnante, l’ASEAN, située à la charnière des océans Indien et Pacifique, n’a pas encore adopté une politique appropriée. Ce qui ne signifie pas pour autant que l’Association et ses dix membres se désintéressent du sujet.

FAITS

L’Indo-Pacifique est à l’agenda des réunions ASEAN, qu’il s’agisse des rencontres au sommet, des réunions ministérielles ou des débats à l’échelon track 2 1. Le Secrétariat évoque même des « discussions intenses » sous la houlette de l’Indonésie. La ministre des Affaires étrangères Retno Marsudi a supervisé un rapport sur le sujet au printemps 2018 qu’elle a soumis à ses homologues. « Le concept d’Indo-Pacifique doit reposer sur des principes de transparence et d’inclusivité, promouvoir la coopération et l’amitié et respecter la loi internationale ». Lors de la réunion du Sommet de l’Asie de l’Est, le 15 novembre 2018, elle a présenté ce rapport aux pays présents et annoncé que l’ASEAN présenterait une déclaration commune en 2019. Le Premier ministre de Singapour, qui accueillait le sommet fin novembre 2018, confirmait ce projet. […]

Sophie Boisseau du Rocher, Asie21

Extrait de la Lettre confidentielle Asie21-Futuribles n°123 décembre 2018

La suite de l’article est réservée aux abonnés : abonnement en ligne