Salomon : Le charter de la discorde

L’autorisation accordée à un vol charter en provenance de Chine a mis le feu aux poudres entre le gouvernement des îles Salomon et celui de sa province la plus peuplée, Malaita. Quand la crainte qu’inspire l’influence chinoise est mise à profit pour des revendications indépendantistes …

Un vol charter en provenance de Canton a ramené à Honiara, le 2 septembre 2020, quelques Salomonais bloqués en Chine pour cause de covid-19 et, beaucoup plus nombreux à bord, des Chinois dont le nouvel ambassadeur de Chine aux Salomon, des officiels et des travailleurs affectés à la construction d’équipements sportifs en vue des jeux du Pacifique de 2023. L’archipel a fermé ses frontières aux étrangers depuis 2019 afin d’éviter l’introduction de la covid-19 dont il est, encore aujourd’hui, préservé.

Aussi, la dérogation accordée par Honiara à ce vol, affrété par lui mais financé par Pékin, est-elle mal passée dans l’archipel et, tout particulièrement à Malaita, la plus grande des neuf provinces des îles Salomon, dans l’est du pays. D’autant que celle-ci avait été rappelée à l’ordre après que son gouvernement provincial ait accepté l’aide financière de Taïwan pour lutter contre la pandémie qui s’annonçait.[…]

 

 

Extrait de la Lettre confidentielle Asie21-Futuribles n°143/2020-10

La suite de l’article est réservée aux abonnés : abonnement en ligne