Birmanie : La Chine grignote le territoire birman

Petit à petit, les autorités chinoises investissent une zone frontalière birmane.

Décidément, Kipling avait raison : en Birmanie, rien n’est pareil qu’ailleurs. Depuis une vingtaine d’années, avec des interruptions, la région de Mong La, au nord de l’État Shan de l’est et frontalière de la Chine, est contrôlée par les rebelles de l’Alliance démocratique nationale.  Celle-ci a même pignon sur rue à Keng Tung, le chef-lieu de l’État Shan, où un bureau délivre des laisser-passer (payants) pour les voyageurs désireux de visiter Mong La en période de trêve.  Cette situation surréaliste (imaginons pendant la guerre d’Algérie le FLN tenant un bureau pour les touristes en plein Alger) se retrouve dans quelques autres territoires abritant une rébellion, notamment en pays karen.

La situation dans la ville même de Mong La est encore plus surprenante.  Si le décor est intentionnellement bien birman (statue géante du Bouddha au sommet d’une colline, grandes photos du chef de l’État, déjà du temps de Tan Shwe), c’est surtout […]

Jean Hourcade Asie21

Extrait de la Lettre confidentielle Asie21-Futuribles n°126 mars 2019

La suite de l’article est réservée aux abonnés : abonnement en ligne