Chine – États-Unis : Sommet  de l’APEC sur fond de rivalité :  sans communiqué final…

Le sommet de l’APEC, en novembre 2018, s’est conclu sans communiqué final. Les divergences entre les États-Unis et la Chine étaient trop fortes. Ce litige traduit l’opposition de D. Trump envers la Chine. Attaché au principe America first, il tente d’imposer ses vues, ce que la Chine ne veut accepter. Cette rivalité pourrait entraîner un recul du multilatéralisme et des conséquences dans les relations mondiales.

FAITS

Le forum de l’APEC qui réunit 21 pays riverains des deux rives du Pacifique s’est achevé le 18 novembre en Papouasie-Nouvelle-Guinée sans communiqué final ; c’est la première fois depuis sa création en 1989.

Les divergences entre les États-Unis et la Chine étaient trop fortes. Xi Jinping était présent mais pas Donald Trump, représenté par son vice-président, Mike Pence. Généralement lorsque des points de vue différents se sont exprimés lors d’une réunion, on recherche les termes d’un dénominateur commun pour rédiger le communiqué final en relatant éventuellement les points de désaccord. Ce ne fut pas le cas. Le principal sujet de discorde, fut l’OMC que Donald Trump veut absolument réformer pour en réduire l’importance mais qui convient à la Chine qui a donc refusé d’en traiter. De plus, Mike Pence a vivement dénoncé les « pratiques prédatrices » de la Chine, ce qui fut un motif supplémentaire de discorde.

Ce litige s’inscrit dans l’opposition à la Chine entretenue pas Donald Trump qui lui reproche d’abord d’accroître le déficit commercial américain. Il a déjà décidé des hausses de droits de douane sur 250 Mds $ d’importations chinoises aux États-Unis. Il s’efforce d’entraver le plan made in China 2025. Une âpre compétition est en cours dans les domaines de l’espace, du cyber, de l’intelligence artificielle. […]

Philippe Delalande, Asie21

Extrait de la Lettre confidentielle Asie21-Futuribles n°123 décembre 2018

La suite de l’article est réservée aux abonnés : abonnement en ligne