Iran – Russie : tirer profit des nouvelles Routes de la soie

La Russie et l’Iran veulent prendre des parts dans le marché de l’énergie de l’Asie du Sud en alimentant les centrales construites avec le financement chinois.

Le raisonnement est très simple. Si les nouvelles Routes de la soie comportent des centrales thermiques au gaz, il faudra les alimenter et la Russie peut le faire mieux que la Chine. Cette nouvelle donne pour la géostratégie de l’énergie se traduit par un regain de projets impliquant la Russie et l’Iran, dont les champs gaziers du golfe Persique sont les plus importants du monde. Les investissements de la Chine dans la région Asie-Pacifique sont en train de créer des ouvertures pour d’autres puissances mieux placées qu’elle pour les exploiter. La Russie compense ainsi, mais en second (junior partner) le fait qu’à son grand dam, la Chine ait pris l’initiative stratégique dans la région Asie-Pacifique. La Russie sait aussi qu’il […].

Rémi Perelman, Asie21

 

Extrait de la Lettre confidentielle Asie21-Futuribles n°111 novembre 2017

La suite de l’article est réservée aux abonnés : abonnement en ligne