Afghanistan : Tournant stratégique ?

La nouvelle flambée de violence qui a frappé la capitale afghane depuis le début de 2018 n’est pas seulement le signe que l’instabilité persiste dans le pays. Elle met en lumière les objectifs plus globaux, et sans doute plus lointains, des combattants multiples qui ont décidé de refaire de l’Afghanistan un lieu privilégié de l’agitation islamiste. Sous les yeux d’un pouvoir afghan totalement impuissant.

FAITS

Le début de la nouvelle année a été marqué à Kaboul, capitale de l’Afghanistan, par une série d’attentats particulièrement spectaculaires et meurtriers. Tour à tour, ont été touchés :

– l’hôtel Intercontinental, où résident de nombreux étrangers (20 janvier),

– le quartier des ambassades, où plus de cent morts ont été causés par l’explosion d’une ambulance piégée (27 janvier),

– l’Académie militaire où une dizaine de soldats et officiers afghans ont été tués (29 janvier).

Ces attentats surviennent alors que les États-Unis ont entamé l’augmentation de leurs effectifs militaires dans le pays, et que de nombreux États affichent leur inquiétude croissante face à la montée de l’instabilité sur place. Au point que la Chine, habituellement réservée sur ce conflit qu’elle considère comme strictement interne, évoque de plus en plus la construction d’une base militaire à sa frontière avec l’Afghanistan, afin d’éviter les infiltrations perturbatrices sur son propre territoire voisin du Xinjiang. […]

Patrick Dombrowsky, Asie21

Extrait de la Lettre confidentielle Asie21-Futuribles n°114 février 2018

La suite de l’article est réservée aux abonnés : abonnement en ligne