Chine : Xi Jinping penseur-empereur  ou « la défaite de la pensée » avec des caractéristiques chinoises

Le XIXe congrès du Parti communiste chinois (PCC) s’est déroulé du 18 au 24 octobre 2017 à Pékin. Il a vu le renouvellement du mandat de Xi Jinping à la tête du PCC (annonçant sa réélection comme président de la république populaire de Chine – les deux entités « État » et « Parti » étant plus que jamais indissociables). Si ce XIXe congrès a introduit son lot de nouveautés en termes de changement de cadres aux postes clefs – avec une augmentation nette des personnalités proches idéologiquement et politiquement de Xi, une des nouveautés les plus frappantes du Congrès fut l’introduction de la « philosophie de Xi Jinping » dans la charte ou la « constitution » du PCC – faisant de l’actuel dirigeant Xi Jinping l’égal en stature et importance de Mao Zedong et Deng Xiaoping. Mais la nature et le contenu de cette « philosophie » (qui doit être enseignée mais n’est a priori guère discutable) reste problématique et semble avoir pour conséquence de faire du « socialisme (de marché) chinois » la religion matérialiste d’un Parti-État dont Xi serait à la fois le pape et l’empereur.

FAITS

Le XIXe congrès du PCC s’est ouvert par un discours-fleuve de trois heures et demie de Xi Jinping consacrant à la fois son pouvoir et son idéologie sous les applaudissements de 2 280 délégués (dont 24 % de femmes et 11 % issus des minorités) choisis parmi les 89 millions de membres du parti.

Xi Jinping a été sans surprise renouvelé dans ses fonctions de dirigeant du Parti communiste chinois (ce qui annonce une réélection à l’unanimité à la présidence de la république populaire de Chine par la treizième Assemblée nationale populaire en 2018).

Cependant, alors que normalement, au début de leur deuxième mandat, tous les dirigeants chinois depuis Deng Xiaoping nommaient leur successeur, Xi Jinping n’a pas eu à le faire. Xi Jinping sera-t-il le premier à avoir un troisième mandat après 2022 ? La possibilité que Xi Jinping conserve le pouvoir aussi longtemps que sa santé lui permettra est réelle.

Mais un autre élément nouveau rend la question presque secondaire : l’inscription de ce qui est appelé « la pensée de Xi Jinping sur le socialisme aux caractéristiques chinoises pour la nouvelle ère » dans la charte du PCC.

En 2000, Jiang Zemin avait élaboré la théorie des « Trois représentations » signifiant que le PCC doit représenter également :

– les « forces productives progressistes » (à savoir le grand capital privé et d’État),

– la culture chinoise moderne,

– les « intérêts fondamentaux de la majorité de la population » chinoise.

Cette théorie ne fut intégrée dans les directives du Parti qu’après son départ en 2002.

En 2003, Hu Jintao élabore le « Concept de développement scientifique ».

En 2007, lors du XVIIe congrès, le concept fut intégré dans la constitution du Parti.

En intégrant la pensée de Xi Jinping sur le socialisme dans sa constitution de façon nominative, le Parti donne à Xi un honneur dévolu uniquement à Mao Zedong pour Les Plus Hautes Instructions (ou Petit livre rouge) et à Deng Xiaoping pour sa politique d’ouverture économique pragmatique (et de répression politique pratique).

Une semaine après le congrès, les journaux chinois ont annoncé que « la pensée de Xi Jinping sur le socialisme aux caractéristiques chinoises pour la nouvelle ère » sera au cœur de deux nouveaux départements spécialement créés :

– le premier sera ouvert à l’université Renmin de Pékin (Ai Silin艾四林 et Han Qinxiang 韩庆祥en seront les premiers professeurs appointés),

– le second à l’université des Finances et de l’Économie de Tianjin.

Par ailleurs, un ensemble de « groupes de travail » sera développé dans toute la Chine pour diffuser la bonne parole « xiïste ».

ENJEUX

En inscrivant sa « philosophie » dans la charte du Parti, au cours de son mandat et en […]

Jean-Yves Heurtebise, Asie21

Extrait de la Lettre confidentielle Asie21-Futuribles n°111 novembre 2017

La suite de l’article est réservée aux abonnés : abonnement en ligne