Le président Trump en Asie du Sud-Est : réaffirmer le partenariat américain

Le président Trump sera bientôt en Asie du Sud-Est (Vietnam, Philippines) pendant une tournée asiatique. Après avoir, dans un premier temps, envoyé des signaux contradictoires qui ont profondément perturbé ses partenaires, l’administration Trump a réagi et s’est engagée à réactiver les partenariats en cours avec les États d’Asie du Sud-Est et l’ASEAN. Ses engagements et gestes de bonne volonté seront-ils suffisants pour permettre aux États-Unis de revenir dans un espace régional de plus en plus irrigué par les dynamiques chinoises ?

FAITS

Les relations entre l’administration Trump et l’Asie du Sud-Est avaient mal commencé : la décision de se retirer du TPP (Trans-Pacific Partnership) 4 jours à peine après être arrivé à la Maison-Blanche a été très mal vécue par les pays d’Asie du Sud-Est qui s’étaient battus pour faire accepter le texte. Les signataires ont eu le sentiment que les calculs à court terme et nationalistes de Donald Trump passaient bien avant les intérêts de l’ensemble des partenaires et n’étaient pas dignes d’un État qui se prétend leader mondial.

Depuis avril 2017, le président Trump a cherché à réparer les dommages de cette décision :

  • fin avril, il a (enfin) appelé des dirigeants de la région pour les inviter à Washington (Vietnam, Cambodge, Thaïlande et Singapour),
  • il a envoyé le vice-président Mike Pence en Indonésie (21-23 avril 2017) suivi du secrétaire à la Défense James Matthis (juin 2017) et du secrétaire d’État Rex Tillerson (août 2017).

Sont allés ou iront à Washington :

  • en mai 2017, le Premier ministre vietnamien Phuc,
  • en septembre, le Malaisien Najib Razak,
  • en octobre le Thaïlandais Prayuth et le Singapourien Lee.

Le Président Trump se rendra au Vietnam pour le sommet de l’APEC (Asia-Pacific Economic Cooperation) et aux Philippines pour le sommet de l’ASEAN en novembre 2017.

En dépit de tous ces signaux, les partenaires des États-Unis sont inquiets parce qu’ils ne parviennent toujours pas à lire clairement la stratégie américaine. La région leur semble négligée par rapport à l’Asie du Nord-Est où la crise nord-coréenne absorbe toute l’attention de l’administration républicaine.

ENJEUX

  • La crédibilité des États-Unis comme puissance responsable. Le retrait du TPP […]

Sophie Boisseau du Rocher, Asie21

lire également dans ce même numéro : « D. Trump préfère voyager en Indo-Pacifique plutôt qu’en Asie-Pacifique »

Extrait de la Lettre confidentielle Asie21-Futuribles n°111 novembre 2017

La suite de l’article est réservée aux abonnés : abonnement en ligne