La Chine ne parvient pas à réduire le déséquilibre entre le nombre de garçons et de filles à la naissance

La Chine ne parvient pas à réduire le déséquilibre entre le nombre de garçons et de filles à la naissance

1,50

Selon une étude du World Economic Forum, la Chine est aujourd’hui le pays au monde où la disparité entre le nombre de filles et le nombre de garçons à la naissance est la plus élevée, avec 113,5 garçons pour 100 filles. Les déséquilibres créés par cette situation sont nombreux et profonds.

Description

FAITS

Depuis 1994 et la généralisation de l’usage de l’échographie, le déséquilibre entre le nombre de garçons et de filles à la naissance reste très élevé en Chine. Les avortements sélectifs sont nombreux. Si un ratio de 107 garçons pour 100 filles est considéré comme normal, le taux est aujourd’hui officiellement de 113,5 garçons pour 100 filles à la naissance en Chine (d’autres évaluations parlent de 119 garçons pour 100 filles).

La fin de la politique de l’enfant unique ne devrait pas changer fondamentalement la donne, les couples étant susceptibles de choisir de ne pas avoir de deuxième enfant lorsqu’ils ont eu un garçon, ou d’éliminer les fœtus féminins lorsqu’ils ont d’abord eu une fille.

Les discriminations envers les femmes, dont les conséquences sont bien plus sévères en Chine que dans les pays occidentaux, concernent notamment la qualité des soins prodigués aux enfants par les parents, qualité qui est moindre pour ce qui concerne les filles. En conséquence, l’écart d’espérance de vie entre les hommes et les femmes n’est que de quatre ans en Chine en faveur des femmes, alors qu’elle est de six ans environ dans les pays dont l’espérance de vie est similaire à celle de la population chinoise. Ce phénomène s’inscrit sur fond d’augmentation rapide du taux de divorces en Chine. […]

Emmanuel Dubois de Prisque, Asie21

Extrait de la Lettre confidentielle Asie21-Futuribles n°100 novembre 2016

Informations complémentaires

Auteur

Dubois Emmanuel

Mois

Pays

Chine