Indo-Pacifique – Royaume-Uni : Désormais, l’air du large

4,50

Le Royaume-Uni vient de dessiner l’avenir qu’il se souhaite à l’est de Suez : le retour dans une forme néo-impériale, appuyé sur une longue histoire dans l’océan Indien et une série d’alliances nouvelles ou renouvelées dans la région. Pressé également d’étendre ses marchés, il se promet d’y être un protecteur et promoteur des règles internationales et le héraut de la lutte contre le réchauffement climatique. Résolument adossé aux États-Unis et hostile à la Chine populaire, il se pose en homologue sinon en alternative de l’Union européenne.

Description

FAITS

Trois pays de l’Union européenne ont défini leur stratégie dans la RIP* et l’ont publiée :

  • France : 5 juin 2016 et années suivantes,
  • Allemagne : 2 septembre 2020,
  • Pays-Bas : 13 novembre 2020.

Le 22 novembre 2020, c’était le tour de Londres, désormais sorti de l’UE, avec A Very British Tilt, Towards a new UK strategy in the Indo-Pacific Region (asie21.com). Le RU* a livré sa vision d’une Global Britain régnant sur les mers et océans à l’est de Suez.

Rédigé par une commission internationale présidée par Stephen J Harper, ancien Premier ministre du Canada – 17 dirigeants politiques, chefs militaires et leaders d’opinion, actuels et anciens1 –– ce document, intérimaire pour le moment, esquisse le rôle souhaité du RU dans la RIP*.

  • Un double cap moral affiché,
  • renforcement d’un ordre durable fondé sur des règles, à la fois résilient et adaptable aux réalités des grandes puissances du 21e siècle,
  • protection de l’environnement et lutte contre le changement climatique,

est considéré dans le cadre de trois grands domaines éminemment évolutifs :

  • commerce et technologie (diversification de la chaîne d’approvisionnement, protection de la propriété intellectuelle, normes numériques, connectivité : état de droit et stabilité dans les espaces communs – maritimes, espace et cyber), terrain d’un « programme de prospérité » ;
  • défense et sécurité (y compris la guerre de l’information, la cybersécurité, armes biologiques et la sécurité sanitaire…) dont la mise en œuvre relève :
  • d’un « programme de sécurité »  […]

Extrait de la Lettre confidentielle Asie21-Futuribles n° 146/2021-01

abonnement en ligne

***

Lire également :

Un penchant très britannique (A Very British Tilt)

Asie21 n° 127/2019-04 Maurice : La CIJ et Diego Garcia

Asie21 n° 129/2019-06 Maurice : Les Chagos, les Nations unies, le Brexit…

Asie21 n° 135/2020-01 Maurice – océan Indien  : Diego Garcia, un cactus pour Londres

Asie21 n° 136/2020-02 Post-Brexit : retour à l’est de Suez