Chine : 18 nouveaux taïkonautes pour la Chine

La Chine renforce son corps de taïkonautes pour assembler et exploiter sa future station spatiale, mais aussi pour préparer les missions lunaires.

Début octobre 2020, l’agence spatiale chinoise (la branche des vols spatiaux habités) a annoncé qu’elle avait sélectionné 18 nouveaux taïkonautes. Cette sélection avait débuté en mai 2018 avec 2500 candidats. Depuis 1961, il s’agit du 5e recrutement des hommes de l’espace en Chine. Les deux premières sélections, qui n’ont pas encore fait l’objet de travaux historiques en Occident, correspondent aux programmes « avortés » des vaisseaux spatiaux Grand bond en avant 大跃进 (début des années 1960) et Shuguang-1 曙光一号 (1965-1978).

Désormais, le corps des taïkonautes chinois comportent 39 membres en activité (en Europe, il y en a moins d’une dizaine). Parmi les anciens des Groupe n°3 et 4, plusieurs ont été affectés aux quatre premières missions vers Tiangong-3 天宫三号, à savoir celles des vaisseaux habités Shenzhou-12, 13, 14 et 15 (potentiellement 12 sièges occupés). Pendant des séjours compris entre trois et six mois, les taïkonautes devront assembler la station et démarrer son exploitation scientifique. Pas moins de 11 missions (modules de station, cargos Tianzhou 天舟 et vaisseaux Shenzhou 神舟) sont prévues entre le début 2021 et 2023 pour assembler Tiangong-3. Ce sera […]

 

Extrait de la Lettre confidentielle Asie21-Futuribles n°143/2020-10

La suite de l’article est réservée aux abonnés : abonnement en ligne