Russie – Japon : Ȋles Kouriles du Sud : dialogue de sourds russo-japonais

À l’approche du 75e anniversaire de la capitulation japonaise, le 2 septembre 1945,  Japonais et Russes constatent qu’un traité de paix n’est toujours pas conclu entre les deux pays du fait qu’aucun compromis n’a pu être trouvé au sujet du sort des îles Kouriles du Sud, revendiquées de façon récurrente par le Japon et considérées comme inaliénables par la Russie. Le transfert éventuel de deux des quatre îlots du sud, Habomai et Shikotan,  n’est plus envisagé par Moscou ou certains poussent à mettre un terme à toute discussion à ce sujet, arguant qu’il ne faut pas se leurrer sur les promesses de coopération japonaise.

FAITS

Le 19 mai 2020, le ministère des Affaires étrangères japonais a publié son Livre bleu annuel sur la diplomatie. Pour la première fois depuis 2018, il y indique que « les Territoires du Nord relèvent de la souveraineté du Japon ». Déjà en août 2019, les autorités japonaises avaient protesté contre la visite de Dmitri Medvedev, alors chef du gouvernement, aux îles Kouriles, puis en septembre contre la construction d’une usine de traitement du poisson à Shikotan. En outre, le comité des Jeux olympiques  Tokyo-2020 avait publié une carte prévoyant un itinéraire de la flamme olympique passant par les quatre îles Kouriles du Sud. […]

 

Extrait de la Lettre confidentielle Asie21-Futuribles n°140/2020-06

La suite de l’article est réservée aux abonnés : abonnement en ligne ou par mail