Chine – Russie : deux approches différentes

FAITS

Les chefs de gouvernement des six nations de l’Organisation de Coopération de Shanghai (OCS : Chine, Russie, Kazakhstan, Kirghizistan, Ouzbékistan, Tadjikistan) se sont retrouvés du 2 au 5 novembre 2007 à Tachkent lors de leur sixième réunion annuelle. Iran, Inde, Mongolie en observateurs, Afghanistan invité du pays d’accueil. Deux sujets ont fait l’objet d’une déclaration commune en vingt points : la coopération économique et la coopération militaire. À l’issue de la réunion, le premier ministre chinois Wen Jiabao s’est rendu en Ouzbékistan, au Turkménistan, en Biélorussie et en Russie.

ENJEUX

L’intérêt de la Russie pour les relations militaires, celui de la Chine pour l’économie et l’énergie reflètent les priorités domestiques de chacune des puissances. Les types de politiques mis en oeuvre pour s’assurer une primauté dans les pays de la région montrent que le « Grand Jeu » entre les puissances a de beaux jours devant lui.

COMMENTAIRES PROSPECTIFS

Aucun des vingt points ne mentionne un renforcement de la coopération militaire ; seul est indiqué un engagement général en faveur du développement de la sécurité dans la région. La Russie paraît plutôt intéressée par le volet militaire et sécuritaire de l’OCS. Elle est à l’origine des manoeuvres conjointes (« Mission de paix 2007 ») d’août 2007. Elle a pris aussi l’initiative du récent accord entre l’Organisation du Traité de Sécurité Collective (OTSC) avec l’OCS portant sur un élargissement de la coopération entre les Etats membres des deux organisations dans les domaines de la sécurité, du crime organisé et du trafic de la drogue.

La Chine semble donner la priorité au volet économique de l’OCS. Wen Jiabao a discuté d’énergie avec les participants. Par la suite, ses discussions en Ouzbékistan et en Biélorussie ont également porté en majorité sur des sujets économiques. Au Turkménistan, il fut surtout question de la construction du gazoduc entre les deux pays. En Russie, il s’est agi d’un oléoduc entre Skovorodino et la frontière chinoise.

Patrick Hébert, Asie21

Extrait de la Lettre confidentielle Asie21-Futuribles décembre 2007

La suite de la Lettre est réservée aux abonnés : abonnement en ligne