Hong Kong, l’insoumise, François Bougon, éditions Tallandier, octobre 2020

Hong Kong, l'insoumise, François Bougon

Si Hong Kong est une terre de liberté, elle n’a cependant jamais été une démocratie.

Les protestataires se battent pour obtenir le suffrage universel promis par Pékin avant la rétrocession du 1er juillet 1997. Cette terre d’accueil est entrée en éruption avec une jeunesse qui n’a jamais connu la colonie britannique et qui ne souhaite pas subir le joug d’un nouvel empire. Pékin ne comprend pas cette attitude alors qu’il se voit en justicier dans sa lutte contre les humiliations coloniales. Mais la jeunesse désigne la Chine comme une nouvelle puissance coloniale. Un nationalisme hongkongais émerge avec parfois un racisme antichinois et une nostalgie de l’Empire britannique. L’élite, inquiète du chaos, hésite. Carrie Lam, elle, n’hésite pas et dénonce les actions des « indépendantistes »  ainsi que les ingérences étrangères qui déstabilisent Hong Kong. Une terreur blanche s’abat sur la ville. Les opposants sont écrasés, la presse est de plus en plus contrôlée, les grandes entreprises et banques subissent des pressions. Une nouvelle vague d’émigration comme avant la rétrocession, se met en place.

Cette Lutte entre David et Goliath s’inscrit dans la confrontation croissante entre Pékin et Washington qui utilise cette occasion pour ouvrir un nouveau front contre la Chine. L’auteur précise que Hong Kong n’est bien qu’un pion – très utile-  dans cette bataille stratégique. Autrefois symbole de rapprochement entre les deux géants, Hong Kong est devenu le symbole d’une nouvelle confrontation entre blocs qui se superposent à la révolte locale d’une jeunesse déterminée.