Internet entre État-parti et société civile en Chine, Guo Wenjing

Internet entre État-parti et société civile en Chine

Guo Wenjing, L’Harmattan, février 2016, 329 p.

Internet met en scène au niveau international une contradiction entre l’ouverture économique et un contrôle social et politique sévère. L’auteure, Guo Wenjing, docteur en anthropologie (Paris I), née en Chine dans les années 1980, issue d’une famille d’enseignants, a eu la chance de pouvoir utiliser à domicile comme premier ordinateur celui de son grand-frère. Il lui  apprend à maîtriser les logiciels et à surfer sur Internet. Cette première expérience d’ouverture sur le monde lui fait prendre conscience de l’existence de la censure en Chine avec l’écart qui existe dans les manuels scolaires et les journaux chinois. Elle a, par ailleurs, grandi dans la peur des parents de retombées politiques par rapport à certaines de leurs lectures.

Le rapport vertical entre l’État et l’individu a marqué Guo Wenping dès sa naissance car deuxième enfant, donc illégale. L’histoire de sa famille est un certain reflet de l’histoire de la société chinoise où se situent les individus et groupes étudiés dans cet ouvrage. Pour l’auteure, Internet est devenu une arène idéologique, politique et sociale cruciale tant pour le gouvernement que pour les internautes chinois. Guo Weijing analyse ici les nouvelles dynamiques impliquant l’usage d’Internet dans un régime autoritaire, au travers de trois groupes sociaux étudiés à Canton : l’identité homosexuelle avec Internet, le combat environnemental et la quête d’un patrimoine cantonais. Son étude est très intéressante et tout son vocabulaire chinois précieux.

Catherine Bouchet-Orphelin, Asie21