Chine – Vietnam – Philippines – États-Unis – Cour permanente d’arbitrage I- Agitation autour du « mémoire en demande » philippin

1,50

Depuis le début du mois de décembre 2014, et avant la date fatidique du 15 décembre, date à laquelle la Chine devait présenter son « mémoire en réplique » contre le « mémoire en demande » présenté par les Philippines le 22 janvier 2013 devant la Cour permanente d’arbitrage (CPA) de La Haye, l’on assiste à un florilège d’activités politiques dont l’objectif manifeste est d’essayer d’influencer l’instance internationale sur ses prises futures de décisions. Elles sont d’une part le fait des États-Unis et du Vietnam, directement ou indirectement en faveur des Philippines, et d’autre part de la Chine, en opposition.

Description

I- Agitation autour du « mémoire en demande » philippin

FAITS

Les premières manifestations viennent des États-Unis (cf. encadré1) avec :

  • le 3 décembre 2014, la résolution 174 par laquelle la Chambre des représentants appelle à une résolution pacifique des contentieux territoriaux en mer de Chine du Sud et de l’Est ;
  • le 5 décembre, la publication du rapport n°143, du Département d’État américain, sur les « limites en mer » ( limits in the sea ), rapport qui est, dans le cas présent, consacré au cas de la mer de Chine du Sud.

La seconde action vient de Hanoï qui, le 5 décembre et contre toute attente, dépose devant la CPA un « mémoire en intérêt » au procès Chine – Philippines (voir article spécifique dans la présente lettre). […]

Daniel Schaeffer, Asie21

Extrait de la Lettre confidentielle Asie21-Futuribles n°80 janvier 2015