Chine : Soutenir l’économie ou la transformer

1,50

La Chine doit gérer la conjoncture en préservant une croissance suffisante pour ne pas menacer la paix sociale mais aussi faire des réformes de structure pour la hisser au premier rang mondial. Ces deux objectifs nécessitent des politiques antinomiques qui perturbent la conduite de l’économie. Les réformes de structure sont prioritaires.

UGS : Asie21-Futuribles 88-3 Catégorie :

Description

FAITS

Le lundi 24 août 2015 fut qualifié de « lundi noir ». La plupart des bourses mondiales chutèrent de 5 % en moyenne. Plusieurs événements en furent causes :

      • la forte chute de la bourse de Shanghai en juin puis août,
      • la dévaluation de 3 % du yuan les 11 et 12 août,
      • les doutes sur l’objectif de croissance de 7 % de l’économie,
      • l’explosion industrielle de Tianjin le 12 août.

D’autres faits ont, semble-t-il, moins retenu l’attention des observateurs cet été :

  1. les nouvelles baisses des taux d’intérêt de la PBoC, les 27 juin puis 25 août, pour soutenir l’activité économique,
  2. Les interventions de la PBoC, plus de 120 Mds $ depuis fin août, pour soutenir le cours du yuan et empêcher une autre  dévaluation après celle d’août qui ruinerait des années d’effort pour limiter les produits à bas coût et monter en gamme,
  3. l’évaluation fin juillet, des investissements chinois en Europe au cours du 1er semestre 2015 qui égalent ceux de toute l’année 2014 et qui se sont dirigés en priorité vers l’Italie, puis la Grande Bretagne, la France et l’Allemagne.
  4. le rapport, en septembre, de la Commission centrale de discipline du Parti qui évoque l’assainissement des entreprises publiques, les sanctions contre certains dirigeants dans l’énergie, le BTP, les transports, les banques, les télécoms, etc.,
  5. l’excédent commercial qui est encore de 43 Mds $ en juillet 2015 car les importations diminuent plus vite que les exportations. […]

Philippe Delalande, Asie21

 

Extrait de la Lettre confidentielle Asie21-Futuribles n°88 octobre 2015