Chine : Pékin achète sa technologie 4.0 en Europe

1,50

Viser le leadership industriel en 2049 requiert des cadres créatifs aptes à l’acquisition de compétences au niveau 4.0. Le moule académique chinois ne s’y prêtant pas encore, Pékin vient de se donner, en Allemagne et en Angleterre, l’outillage destiné à faire progresser son industrie tout en formant les ressources humaines correspondantes. Un fonds d’investissement germano-chinois pour l’achat d’entreprises innovantes, AGIC Capital, et un centre incubateur anglo-chinois destiné à attirer des start-up technologiques européennes, Cocoon Networks. Pékin va puiser directement un facteur de son développement dans les entreprises européennes : coopération ou rapt ?

Description

FAITS

  • L’industrie 4.0 et la Chine ont marqué le Salon 2015 des technologies de l’information et de la bureautique de Hanovre, le CeBIT.
  • Le Premier ministre Li Keqiang lançait le 19 mai 2015 Made in China 2025 pour redresser une croissance en perte de vitesse. L’objectif ultime est de faire de la Chine le pays manufacturier leader d’ici 2049.
  • Asia-Germany Industrial Promotion Capital (AGIC), spécialisé dans les acquisitions d’entreprises high-tech en Europe, a procédé, le 7 janvier 2016 à son premier investissement en rachetant, avec ChemChina et Guoxin International Investment, des parts détenues par Onex dans l’Allemand KraussMaffei, l’un des leaders mondiaux de machines et systèmes de production/transformation de matières plastiques, représentatif du modèle industriel 4.0.
  • Cocoon Networks (CN), société chinoise, lance à Londres, le 19 janvier 2016, un fonds d’investissement de 500 millions de livres sterling, destiné à des start-up technologiques européennes dont les produits et services sont demandés par le marché chinois (logiciels grand public, technologies financières, biotechnologies, dispositifs médicaux, technologies de la mode, etc.). Guidé par London & Partners et en partenariat avec l’University College London, CN leur offre un financement, une place dans le nouveau « centre d’incubation » et des conseils à celles qui prévoient un déploiement en Chine.
  • La réforme de l’armée chinoise, dévoilée le 31 décembre 2015, comporte la création d’une Strategic Support Force, « a new-type forces ». Des sources « semi-officielles » lui attribuent l’espace et les armes de la guerre électronique, intégrant renseignement et communications pour acquérir la supériorité en matière d’information.

ENJEUX

Pour la Chine, […]

Rémi Perelman, Asie21

cf. Asie21 n° 79 déc. 2014, Chine, marche forcée vers la première puissance industrielle du monde

Extrait de la Lettre confidentielle Asie21-Futuribles n°92 février 2016