« La gouvernance de la Chine » de Xi Jinping (suite)

« La gouvernance de la Chine » de Xi Jinping (suite)

Le 19e congrès du PC donne lieu à des commentaires qui pour certains expriment les préjugés et la culture de leurs auteurs. Pour éviter ce risque, il semble judicieux de lire ce que Xi Jinping, acteur central du congrès, pense de la situation de son pays et de sa propre action politique. Son livre donne accès, sans intermédiaire, à son projet politique. Le n° 109 du mois dernier, évoquait la gouvernance intérieure. Ce n° 110 relate les positions de Xi Jinping sur les relations extérieures de la Chine.

FAITS

Ce livre de 554 pages réunit 79 discours, directives, entretiens, commentaires de décisions du Parti, exposés de stratégie, réflexions sur l’avenir, de novembre 2012 à juin 2014.

1. Une intense activité diplomatique 

En 18 mois, jusqu’à juin 2014, Xi Jinping est intervenu personnellement une vingtaine de fois dans toutes les régions du monde et de manières diverses, ce qui mérite d’être souligné :

interview à la télévision russe,

intervention au forum asiatique de Bo Ao,

message pour le 1er anniversaire de l’initiative de l’ONU pour l’éducation,

discours au forum international sur l’écologie à Guiyang,

entretien avec Ban Ki-Moon secrétaire général de l’ONU,

discours au Sommet sur la sécurité nucléaire à la Haye,

intervention au siège de l’UNESCO,

intervention à l’institut des relations internationales de Moscou,

conférence de presse avec la président Obama,

discours au Collège d’Europe à Bruges,

à l’Université Nazarbayev,

au parlement indonésien,

à Nyerere en Tanzanie,

au Sénat mexicain,

interventions au forum de coopération sino-arabe,

au Sommet des BRICS,

au Sommet du G 20,

au Conseil de l’Organisation de coopération de Shanghai,

au Sommet de l’APEC, 

à la Conférence pour l’interaction et les mesures de confiance en Asie, CICA.

Cette longue liste indique la volonté de Xi Jinping de peser désormais sur tous les grands problèmes du monde et sur tous les continents.

2. Les thèmes abordés dans ses discours et interventions sont assez constants. La prudence ou la courtoisie diplomatique les prive de la vigueur de certains propos tenus sur la politique intérieure : […]

Philippe Delalande, Asie21

Extrait de la Lettre confidentielle Asie21-Futuribles n°110 octobre 2017

La suite de l’article est réservée aux abonnés : abonnement en ligne