Asie21 » Communismes d’Asie et démocraties : Compétition ravivée

Communismes d’Asie et démocraties : Compétition ravivée

Démocratie et régime de parti unique communiste sont concurrents selon la Chine qui estime son système plus efficace. Après l’effondrement de l’URSS, il semblait admis que les derniers régimes communistes allaient vite disparaître. Ils sont toujours là. Avec l’élection de Donald Trump, le doute s’insinue sur la pérennité de la démocratie. Comment assurer son avenir dans ce monde incertain ? Un défi durable.

FAITS

Le philosophe Marcel Gauchet, a publié en janvier 2017 son quatrième livre sur l’avènement de la démocratie : « Le nouveau monde ».  Selon lui : « La principale fragilité aujourd’hui de la démocratie est qu’elle se tient pour acquise et ne se pense pas ». Il ajoute : « Que représente la personne de Donald Trump sinon l’exacerbation d’une logique individualiste propre aux sociétés démocratiques… La conviction que seul mon avis compte ». Les rumeurs fausses, fake news, diffusées par Internet et reprises par des médias influencent les électeurs. Les techniques des campagnes électorales en font des spectacles de téléréalité. Le repliement sur soi, la peur des autres, semblent dicter le choix de l’électeur plus que les projets sur l’avenir collectif. L’élection de D. Trump incite à repenser la démocratie. Et le fonctionnement des démocraties connaît des ratés :

  • longues périodes sans gouvernement en Belgique, en Espagne, en Italie ;
  • aux États-Unis, l’équilibre des pouvoirs, checks and balances, aboutit souvent à la paralysie institutionnelle, gridlock ;
  • les jeunes démocraties asiatiques sont fréquemment frappées de scandales de corruption ou de trafics d’influence.

La démocratie semble avoir perdu son efficacité. Des régimes qui se disent démocratiques, en Afrique ou en Amérique latine notamment, en adoptent les rites masquant des dictatures de fait.

Les régimes de parti unique communiste en Asie, Chine, Vietnam, Laos ont des soucis symétriques. « Partout dans le monde, le désir de liberté politique, de protection personnelle s’affermit. Si la démocratie doit l’emporter c’est qu’elle est séduisante jusque dans l’esprit de ceux qui la dénient ». Cette analyse de Marcel Gauchet est confirmée par le Document n° 9 exposé par Xi Jinping en décembre 2012 devant les responsables du Parti. Ce document, « situation dans la sphère idéologique », dresse la liste des séductions qu’exerce la démocratie sur une partie des Chinois affaiblissant la cohésion sociale. Il faut d’urgence mobiliser le Parti dans une lutte idéologique pour combattre ces séductions. Tous les Partis communistes sont confrontés à ce même danger. Mais, jusqu’à maintenant, malgré la corruption et la répression des dissidents, les régimes de parti unique communiste furent efficaces pour assurer :

  • la stabilité politique,
  • l’unité nationale,
  • la croissance économique régulière,
  • la continuité des politiques.

Depuis le Brexit et l’élection de Trump, le Parti communiste chinois met en avant ces justifications pragmatiques. Il dit :

  • pouvoir décider vite,
  • faire exécuter rapidement ses décisions dans tout le pays,
  • avoir une vision d’avenir qu’exprime le Plan quinquennal.

L’oligarchie compétente du Parti serait plus efficace que la démocratie.

      

ENJEUX

[…]

Philippe Delalande, Asie21

Extrait de la Lettre confidentielle Asie21-Futuribles n°104 mars 2017