Birmanie : Un projet chinois de Nouvelle-Rangoun

Birmanie : Un projet chinois de Nouvelle-Rangoun

4,50

Le projet d’une ville nouvelle doublant l’agglomération de Rangoun date de plusieurs années. Son attribution à un développeur ayant échoué en 2014, un accord est intervenu en 2018 avec la China Communications Construction Company. Mais la presse birmane vient de révéler que le comportement de celle-ci est sujet à controverse. Affaire à suivre.

Description

Le 31 mars 2018, après plusieurs projets, était lancée la NYDC, rattaché à l’Initiative des Routes de la soie en Birmanie. L’accord-cadre entre Phyo Min Thein, ministre en chef de la Région de Rangoun et la CCCC avait été signé, en présence de l’ambassadeur de Chine en Birmanie, Hong Liang, le président de la CCCC, Chen Fenjian et de Tang Qiaoliang, président de la China Harbour Engineering Company, filiale de la CCCC. L’accord confiait à la CCCC la conception et la réalisation d’une ville nouvelle à l’ouest de Rangoun au-delà de la rivière Hlaing qui arrose l’ancienne capitale. Le terrain concerné, d’une superficie de 20 000 acres (8 093 hectares), était prévu pour accueillir une agglomération dont la taille serait « deux fois plus grande que Singapour ». La mise en œuvre de la phase I de ce programme d’urbanisation – principalement des infrastructures – était évaluée à 1,5 milliard de dollars. « Un grand nombre d’emplois [2 millions] et un renforcement de l’amitié avec la Chine » étaient attendus par les autorités birmanes.

Le 4 mars 2019, un article publié sur le site Myanmar Irrawaddy révélait à l’opinion publique birmane que la CCCC, à qui le contrat avait été attribué, […]

Rémi Perelman, Asie21

Extrait de la Lettre confidentielle Asie21-Futuribles n°126 mars 2019

abonnement en ligne