Asie : De l’argent pour les infrastructures

1,50

Un plan de financement japonais des infrastructures en Asie de 110 milliards de dollars était annoncé le 21 juin 2015 au moment où l’Asian Infrastructure Investment Bank, AIIB (100 milliards de dollars), mettait au point ses statuts lui permettant d’être opérationnelle dès la fin de l’année. Le 6 juin 2015, les ministres des Finances chinois et japonais reprenaient un dialogue interrompu depuis trois ans. Antagonisme ou complémentarité ?

Description

À défaut de combattre pour des territoires, Pékin et Tokyo se mesurent pour marquer de leur empreinte les mailles des grands réseaux d’infrastructure qui vont innerver l’Eurasie.

L’antagonisme sino-américano-japonais semble en effet s’être déplacé sur le terrain pacifique des établissements financiers. Il ne peut y avoir simple coïncidence dans les deux annonces successives, les 20 et 21 mai 2015, la première, de la Banque mondiale, d’un prêt de 11 milliards de dollars à l’Indonésie et la seconde, du Premier ministre japonais, Shinzo Abe, d’un plan de financement des infrastructures en Asie (110 milliards de dollars sur 5 ans, en augmentation de 30 % par rapport à la période quinquennale précédente). Ces deux dates tombent exactement au moment où les négociateurs des 57 pays contributeurs de l’Asian Infrastructure Investment Bank, AIIB (100 milliards de dollars), créée à l’initiative de la Chine, se réunissaient pour la 5e fois (Singapour, 20-22 mai) pour la mise au point quasi finale de ses statuts avant les premières opérations prévues à la fin de l’année. […]

Rémi Perelman, Asie21

Extrait de la Lettre confidentielle Asie21-Futuribles n°86 juillet-août 2015

 abonnement annuel en ligne