La diplomatie culturelle de la république populaire de Chine, enjeux et limites d’une « offensive de charme », Audrey Bonne, L’Harmattan, novembre 2018 中國文化外交的魅力攻勢

La diplomatie culturelle de la république populaire de Chine, enjeux et limites d’une « offensive de charme », Audrey Bonne, L’Harmattan, novembre 2018 中國文化外交的魅力攻勢

UGS : Asie21-Futuribles 126-21 Catégories : ,

Description

本書作者主要在說明,一個國家如何利用文化外交,推動該國的外交大計,並且將其做為談判,並發揮影響力的重要工具。

La diplomatie culturelle est une volonté politique au service de la puissance, intervenant sur le plan culturel pour modifier la perception que les pays tiers ont de son action et de ses intentions. Son efficacité est perceptible à travers la diffusion de la langue et des modes de pensée.  L’action culturelle extérieure agit sur une temporalité longue avec une approche dans le long terme en privilégient l’usage de médias lents (livres, échanges de personnes ou d’œuvres artistiques) s’adressant davantage aux élites. Et la diplomatie publique privilégie des médias rapides comme la télévision ou la radio qui élargissent son audience aux masses. Dans l’histoire de la diplomatie culturelle de la Chine populaire, on note l’élaboration par Pékin d’une stratégie de diplomatie culturelle à partir des années 1970, alors qu’elle souhaite un rapprochement avec les États-Unis (diplomatie du ping-pong). Mao a également réhabilité la « diplomatie du panda » (ancienne pratique impériale) coïncidant généralement avec la signature de traités commerciaux. À partir des années 2000, la Chine s’inspire des dispositifs d’action culturelle initiés par la France et des dispositifs de diplomatie publique créés par l’URSS et les États-Unis pendant la guerre froide.

Lire la suite en cliquant ici

Catherine Bouchet-Orphelin, Asie21