Chine – technologie marine : Tian Kun Hao 天鯤號, nouvelle drague de haute mer

Chine – technologie marine : Tian Kun Hao 天鯤號, nouvelle drague de haute mer

3,50

Le 3 novembre 2017, la Chine a commencé les essais à la mer d’une nouvelle drague géante, Tian Kun Hao. La perspective de l’entrée et de l’emploi futurs d’un tel engin en mer de Chine du Sud inquiète les pays de la région, notamment les Philippines.

Description

FAITS

Le 3 novembre 2017, la drague géante de haute mer Tian Kun Hao est sortie du chantier naval de Shanghai Zhenhua Heavy Industry (ZPMC, 上海 振华) à Qidong 启东2, dans la province du Jiangsu, pour commencer ses essais à la mer. Elle devrait entrer en service à l’été 2018.

Elle est présentée comme la plus grande drague d’Asie. Ses performances sont très supérieures à celle de Tian Jing Hao ( Baleine céleste) qui, en 193 jours, entre septembre 2013 et juin 2014, avait saccagé une partie des fonds de la mer de Chine du Sud pour, avec les matériaux arrachés, combler cinq des sept structures rocheuses occupées par la Chine dans les îles Spratleys. L’objectif était d’en faire des îles artificielles, ce en quoi elle a réussi. Ainsi, si Tian Jing Hao a la capacité d’extraire 4 500 m3 de gravats à l’heure en excavant jusqu’à une profondeur de 30 mètres, Tian Kun Hao peut le faire jusqu’à 35 mètres en produisant 6 000 m3 à l’heure3 .

La sortie d’un tel engin inquiète évidemment beaucoup les autres riverains de la mer de Chine du Sud, à commencer par les Philippines qui se sentent visées en premier, en particulier sur les récifs de Scarborough et l’île de Thitu. Sur Scarborough, si à la suite de l’acte d’allégeance de Rodrigo Duterte à la Chine depuis octobre 2016, un modus vivendi a été trouvé pour permettre aux pêcheurs philippins de revenir exercer leurs activités dans le secteur, le projet de reconstitution artificielle de l’ancien atoll n’a pas pour autant été abandonné4. Quant à Thitu, située à l’ouest des Spratleys, île effectivement occupée par les Philippins, des bateaux de pêche chinois, accompagnés d’un ou deux navires des garde-côtes, viennent graviter autour par intermittence depuis le mois d’août. Par prudence Manille se sent contraint de tolérer cette présence et même, par faiblesse, d’en minimiser l’importance.

ENJEUX

  • Au niveau régional, en œuvrant sur les […]

Daniel Schaeffer, Asie21

Extrait de la Lettre confidentielle Asie21-Futuribles n°111 novembre 2017

 Abonnement annuel en ligne