Chine : la lutte contre la corruption en Chine, passion populaire et arme politique

1,50

L’art de la récupération politique des passions populaires atteint des sommets en Chine.

UGS : Asie21-Futuribles n°65 Catégories : , Étiquette :

Description

FAITS

Xi Jinping, depuis qu’il a accédé à la tête de la République populaire de Chine, a fait de la lutte contre la corruption une priorité absolue dans son programme de réalisation du « rêve chinois » qui n’est rien d’autre, selon Xi Jinping lui-même, que « le rêve du peuple ». Cette chasse aux corrompus est un exercice traditionnel après l’arrivée au pouvoir d’une nouvelle équipe en Chine. Mais elle prend cette fois-ci une dimension inédite depuis l’époque maoïste. Depuis quelques années, la dénonciation de la corruption des fonctionnaires, des politiques et des hommes d’affaires est devenue un sport national d’une grande popularité qui traduit non seulement un sentiment de défiance traditionnel en Chine à l’égard des officiels qui usent de leur fonction pour en tirer des bénéfices personnels illégaux, mais aussi une forme d’envie moins vertueuse à l’égard des « élites privilégiées » qui s’enrichissent plus vite que les autres dans une période d’accroissement général des richesses et d’augmentation parallèle des inégalités (sur le rôle et l’importance de la corruption, cf. Asie21 n°62 novembre 2012, De la corruption, vice public et vertu familiale, de Michel Jan ). 

ENJEUX

L’art de la récupération politique des passions populaires atteint des sommets en Chine. De la même manière qu’il détourne à son profit un nationalisme potentiellement déstabilisateur, le parti communiste utilise […]

Emmanuel Dubois de Prisque, Asie21

Extrait de la Lettre confidentielle Asie21-Futuribles n°65 septembre 2013