Fragile Rise Grand Strategy and the Fate of Imperial Germany, 1871-1914, XU Qiyu, 2017

Fragile Rise Grand Strategy and the Fate of Imperial Germany, 1871-1914, XU Qiyu, 2017

Xu Qiyu

Belfer Center Studies in International Security & The MIT Press, 2017, 341 pages

En éditant la traduction anglaise de l’ouvrage de Xu Qiyu, Fragile Rise, le Belfer Center for Science and International Affairs, dirigé par Graham Allison, l’auteur de Destined for War (cf. Asie21 n° 112, décembre 2017), propose au public non initié à la langue chinoise d’entrevoir les contours du débat qui anime la république populaire de Chine sur l’essor et le déclin des puissances. À partir du concept de Grand Strategy, Xu Qiyu, directeur adjoint de l’Institute for Strategic Studies de la National Defence University de Pékin, construit sa réflexion autour de la problématique suivante : comment une puissance en plein essor peut-elle construire un système d’équilibre international destiné à promouvoir son influence et à protéger ses intérêts sans susciter crainte, méfiance et hostilité de la part de ses voisins et des puissances établies ? Pour répondre à cette interrogation, l’auteur nous propose une lecture critique de l’Allemagne impériale en mobilisant différents outils de la diplomatie et de la stratégie, mais aussi de la sociologie des organisations et de la psychologie.

Cet ouvrage peut être lu avec le double regard de l’historien et de l’analyste en relations internationales contemporaines. L’historien constatera rapidement l’admiration de Xu Qiyu pour Bismarck, qui constitue l’une des lignes directrices de Fragile Rise. Il comprendra que cet ouvrage se décompose en deux parties, dont le point de basculement est le retrait de Bismarck de la vie politique allemande. Événement qui, pour Xu Qiyu, constitue le point de départ du déclin de l’Allemagne impériale. En effet, dans le prolongement du retrait de l’un des plus grands diplomates de la fin du XIXe siècle, l’architecture de sécurité mise en place par l’Allemagne se disloque, l’absence de projet stratégique global cohérent devient criant, les interférences de l’empereur dans le processus de décision deviennent problématiques et le poids des groupes de pression devient croissant et néfaste à la cohérence de l’action. Par ailleurs, l’absence de coordination entre les appareils diplomatique et militaire et au sein même de l’appareil militaire (Tirpiz et Schlieffen sont sérieusement critiqués) apparait comme fatale aux destinées de l’empire. Toutefois, malgré toute l’admiration qu’il lui porte, Xu Qiyu est également critique à l’égard de Bismarck, regrettant, en particulier, qu’il n’ait pas été homme à partager son savoir, ses réflexions, son projet pour l’Allemagne. Cette absence de transmission dans la transition constitue probablement le plus grand échec de Bismarck et l’un des principaux échecs de l’Allemagne impériale.

L’analyste remarquera que si Xu Qiyu n’évoque pas la Chine actuelle, il s’inscrit dans une longue tradition d’auteurs chinois qui mobilisent le passé pour comprendre le présent et fixer le cadre de la politique du moment. Cependant, alors que traditionnellement la période des Trois Royaumes et celle des Royaumes combattants étaient mobilisées, ces dernières décennies, les responsables chinois n’hésitent plus à scruter des événements extérieurs à l’histoire de la Chine pour consolider leur pouvoir à l’échelle intérieure et élaborer leur politique internationale, tel fut notamment le cas à la suite de la chute du mur de Berlin et de l’implosion de l’Union soviétique ; ces événements ayant fait l’objet de multiples travaux de la part des centres de recherche chinois. La méthode semble identique aujourd’hui puisque les autorités chinoises ont commandé des études sur les différents empires qui ont jalonné l’histoire mondiale afin de correctement se positionner dans le cadre de leur rivalité avec les États-Unis. Si Fragile Rise n’est pas le résultat d’une commande officielle, sa publication a, inévitablement, contribué au débat et les leçons diplomatiques, stratégiques et bureaucratiques que Xu Qiyu tire de l’expérience allemande ont sûrement suscité l’intérêt des plus hauts dirigeants chinois, même, s’il faut en convenir, les deux périodes ne sont pas comparables. Entre ces deux phases de l’histoire est apparue l’arme nucléaire qui a singulièrement modifié l’art de l’action stratégique entre les puissances la détenant…

Ainsi, avec Fragile Rise, Xu Qiyu, qui s’appuie sur des archives allemandes, britanniques, russes, austro-hongroises, françaises ou italiennes, nous propose de redécouvrir, en la contextualisant, l’aventure impériale allemande dans un style fluide qui respecte les critères académiques. On regrettera tout de même que la précision dans l’analyse de la psychologie et des desseins de Bismarck ne se retrouvent pas tout à fait dans celle de ses successeurs. Serait-ce dû au basculement vers une période de non-projet à Berlin, moins intéressante pour l’analyste chinois ? Néanmoins, Fragile Rise est un ouvrage essentiel, à lire par tous ceux qui souhaitent comprendre ce que pourrait devenir dans un proche avenir la république populaire de Chine, la future grande puissance mondiale établie ?

Laurent Amelot, Asie21