Mer de Chine du Sud – Chine – États-Unis : Potentialité d’incident armé majeur autour des récifs de Scarborough

L’initiative prise le 17 janvier 2018 par les États-Unis de faire transiter la frégate lance-missiles USS Hopper dans les eaux territoriales du vieil atoll effondré de Scarborough, en mer de Chine du Sud, laisse fortement présager d’une militarisation des lieux par les Chinois, et ce à courte échéance. Cela risque, sauf reculade des Américains, de dégénérer en grave incident militaire local entre les deux puissances.

FAITS

Le mercredi 17 janvier 2018, la frégate américaine lance-missiles USS Hopper1 a effectué un transit dans les 12 milles marins de la mer territoriale des récifs de Scarborough2. La Chine a aussitôt dénoncé l’entreprise comme une atteinte à sa souveraineté. S’en est suivie, sur plusieurs jours consécutifs, une cascade de déclarations gouvernementales chinoises et d’articles de la presse officielle, Quotidien du Peuple et Global times, condamnant l’initiative américaine. La dénonciation suprême est de dire que, si la Chine est amenée à accroître sa présence militaire en mer de Chine du Sud, la faute en incombe aux États-Unis. Dès lors elle se voit contrainte de poursuivre la militarisation, qu’elle ne reconnaissait pas jusqu’à maintenant, des récifs qu’elle a transformés à partir de décembre 2013 en îles artificielles, des îles devenues de véritables plateformes opérationnelles militaires. Ce qui n’est pas encore le cas pour Scarborough.

Quant aux Philippines, le gouvernement s’est esquivé en déclarant que l’incident était une affaire entre Chinois et Américains et qu’il ne concernait pas le Palais de Malacanang3. […]

Daniel Schaeffer, Asie21

Extrait de la Lettre confidentielle Asie21-Futuribles n°114 février 2018

La suite de l’article est réservée aux abonnés : abonnement en ligne