Asie : L’automobile fait craquer la ville

Asie : L’automobile fait craquer la ville

Le gigantisme urbain est un des grands défis du 21e siècle. Les agglomérations asiatiques se débattent contre le fléau qu’elles ont nourri dans leur sein en concentrant une classe moyenne en expansion rapide et dont la voiture est une marque de statut social, mais dont le déplacement massif dans des artères engendre un embouteillage permanent et coûteux pour la collectivité. Les investissements publics et la volonté politique manquent pour adapter la ville à une circulation pléthorique qui s’amplifie et que les édiles tentent de corriger moyennant des expédients. Tous les pays connaissent cette situation, mais l’intensité qu’elle revêt en Asie la rend particulièrement critique.

FAITS

  • La vente de voitures neuves a connu en Asie un boom en 2016-début 2017. Selon l’Association des constructeurs automobiles de Chine, ce pays enregistrait sa 26e année de croissance en 2016, avec 28 millions d’unités vendues (+13,7 %) obtenue grâce à des avantages fiscaux. Malgré leur fin en 2017, la tendance restait forte avec 2 millions de véhicules pour le seul mois d’avril. En Asie du Sud-Est (Indonésie, Malaisie, Philippines, Singapour, Thaïlande, Vietnam), les ventes après cinq mois consécutifs d’augmentation atteignaient en mars 2017, selon l’Index Asia300 du Nikkei, le chiffre de 14 % en regard du même mois de l’année précédente.

 

  • L’engorgement des agglomérations va empirer pour deux raisons :
  1. le faible taux de motorisation, […]

Rémi Perelman, Asie21

Extrait de la Lettre confidentielle Asie21-Futuribles n°108 juillet-août 2017

La suite de l’article est réservée aux abonnés.